27/04/2014

Herstal en cartes postales et en photos de hier et d'aujourd'hui

 

 

 

avis car.JPG

Herstal le 27.04.2014

car 26.4.JPG

car 26.3.JPG

car 26.2.JPG

car 26.1.JPG

car 26.0.JPG

car 26..JPG

car 26.JPG

Herstal le 25.04.2014

 

car 23.2.JPG

 

 

car 23.1.JPG

 

 

car 23.0.JPG

 

car 23..JPG

car 23.JPG

car brondoi.JPG

Herstal le 24.04.2014

CAR 23.4.JPG

CAR 23.3.JPG

Herstal le 23.04.2014

car v fn.JPGcar v fn .2.JPGcar v fn..JPGcar v fn.0.JPGcar v fn.1.JPGcar v fn.2.JPG

Herstal le 22.04.2014

car 22.2.JPG

 

car 22.3.JPG

car 22.4.JPG

car 22.5.JPG

car 22.6.JPG

car 22.7.JPG

car 22.1.JPG

car 22.JPG

car 22..JPG

car 22.0.JPG

car 20.02..JPG

Herstal le 20.04.2014

car paq..JPG

car 20.JPG

car 20..JPG

car 20.1.JPG

car 20.2.JPG

Herstal le 19.04.2014

car paq.2.JPG

car 18.1.JPG

car 18.2.JPG

car 18.3.JPG

car 18.4.JPG

car 18.5.JPG

CAR 18.10.JPG

Herstal le 18.04.2014

CAR 18.6.JPG

CAR 18.7.JPG

CAR 18.8.JPG

CAR 18.9.JPG

car 18.JPG

car 18..JPG

Herstal le 17.04.2014

 

car ecole.JPG

car ecole..JPG

 

car 17.4.JPG

car 17.3.JPG

car 17.2.JPG

car 17.1.JPG

car 17..JPG

car 17.JPG

Herstal le 15.04.2014

14.18.1.JPG

14.18.2.JPG

14.18.3.JPG

Herstal le 14.04.2014

CAR 14.04.JPG

CAR 14.04..JPG

CAR 14.04.1.JPG

CAR 14.04.2.JPG

CAR 14.04.3.JPG

CAR 14.04.4.JPG

CAR 14.04.5.JPG

Herstal le 13.04.2014 

car 13.04.JPG

car 13.04..JPG

car 13.04.1.JPG

 

Herstal le 12.04.2014

car 12.04.JPGcar 12.04..JPGcar 12.04.1.JPGcar 12.04.2.JPGcar 12.04.3.JPG

Pour la petite histoire

car 11.04.JPG

Herstal le 10.04.2014

car fn.JPGcar fn..JPGcar fn.1.JPGcar fn.2.JPGcar fn.3.JPGcar fn.4.JPG

 

Herstal le 09.04.2014

car 08.9.JPG

car 09.04.JPG

car 09.04..JPG

car 09.04.1.JPG

Herstal le 08.04.2014

car 08.JPG

car 08..JPG

car 08.1.JPG

car 08.2.JPG

car 08.3.JPG

car 08.4.JPG

car 08.6.JPG

car 08.7.JPG

car 08.8.JPG

Coup de Coeur

07.litto..JPG

07.litto.JPG

Herstal le 07.04.2014

foire.JPG

foire..JPG

foire.1.JPG

foire.2.JPG

foire.3.JPG

foire.4.JPG

Herstal le 06.04.2014

 

car 06.04.1.JPG

 

car 06.04.JPGcar 06.04..JPG

 

Herstal la 03.04.2014

CAR 03.04.19.gif

car 03.04.JPG

car 03.04..JPG

car 03.04.1.JPG

car 03.04.2.JPG

car 03.04.3.JPG

car 03.04.4.JPG

car 03.04.5.JPG

car 03.04.6.JPG

car 03.04.7.JPG

car 03.04.8.JPG

car 03.04.9.JPG

car 03.04.JPG

car 03.04.11.JPG

car 03.04.12.JPG

car 03.04.13.JPG

car 03.04.14.JPG

car 03.04.15.JPG

car 03.04.16.JPG

CAR 03.04.17.JPG

Herstal le 02.04.2014

car 02.04..JPG

car 02.04.9.JPG

car 02.04.8.JPG

car 02.04.7.JPG

car 02.04.6.JPG

car 02.04.5.JPG

car 02.04.4.JPG

car 02.04.3.JPG

car 02.04.2.JPG

car 02.04.1.JPG

car 02.04.JPG

Herstal le 01.04.2014

car 1 avril.JPG

Herstal le 31.03.2014

 

car 31.03..JPG

car 30.03.2.JPG

car 31.03.2.JPG

CAR 31.03.JPG

 

calendrie avril.JPG

Herstal le 30.03.2014

 

car glace.JPG

 

car le galopant.JPG

litto l17.gif

Un grand merci a mon Ami Marcel Maselli

superbes littos

Herstal le 25.03.2014

car 25.4.JPG

car 25.3.JPG

car 25.2.JPG

car 25.1.JPG

car 25..JPG

car 25.JPG

Herstal le 24.03.2014

car 24.4.JPG

car 24.5.JPG

car 24.6.JPG

car 24.3.JPG

car 24.2.JPG

car 24.1.JPG

car 24..JPG

car 24.JPG

Herstal le 23.03.2014

SOUVENIRS SOUVENIRS:

f gn.JPG

Herstal le 22.03.2014

car 22.JPG

car 22.1.JPG

car 22.2.JPG

car 22.3.JPG

car 22..JPG

car 22.4.JPG

car 22.5.JPG

Herstal le 21.03.2014

car 21.JPG

car 21..JPG

Herstal le 20.03.2014

car primtemps.JPG

Herstal le 19.03.2014

FN V.JPGFN V.1.JPGFN V..JPG

FN V.3.JPG

FN V.2.JPG

FN V.4.JPG

A SUIVRE

 

Herstal le 18.03.2014

car 18.JPGcar 18..JPGcar 18.1.JPG

car 18.2.JPG

car 18.5.JPG

car 18.4.JPG

car 18.3.JPG

 

Herstal le 17.30.2014

car 17.JPG

car 17.2.JPG

car 17.3.JPG

car 17..JPG

car 17.1.JPG

Herstal le 16.03.2014

her vue.JPGher vue .10.JPG

her vue..JPG

her vue.1.JPG

her vue.2.JPG

her vue.3.JPG

her vue.4.JPG

her vue.5.JPG

her vue.6.JPG

her vue.7.JPG

her vue.8.JPG

her vue.9.JPG

 

Herstal le 14.03.2014

CAR 14.1.JPG

CAR 14.JPG

CAR 14..JPG

car 14.2.JPG

car 14.3.JPG

Herstal le 13.03.2014

car 13.03.JPG

car 13.03.3.JPG

car 13.03.4.JPG

Herstal le 12.03.2014

car 12.03.1.JPG

car 12.03.2.JPG

car 12.03.3.JPG

car 12.03.4.JPG

car 12.03.5.JPG

car 12.03.JPG

car 12.03..JPG

Marius Carion ( 1898 - 1949 ) était un peintre de portraits, natures mortes, caricatures, illustrations et paysages tourmentés.
Il a connu une enfance miséreuse et sera ouvrier dans une fabrique de cartonnage, puis dans un garage avant d'entamer une carrière artistique.
Il reçoit une formation à l'École des Arts et Métiers de Saint-Ghislain chez Marius Renard, à l'Académie de Mons chez Duriau (1915-1920 ), il fait sa première exposition personnelle en 1919.
Il séjourne en Angleterre en 1928 et devient photographe de métier.
Il aime représenter le charme des vieilles coutumes minières, ou encore l'intimité des pauvres intérieurs du borinage.
Il évoque à travers ses nombreux portraits et caricarures, l'homme, ses attitudes, ses gestes, ses fatigues, et le plus souvent campé dans un paysage haut en couleurs.
Dans la foulée du réalisme social, Marius Carion met en place une œuvre intime et sincère, évoquant la tristesse et la pauvreté d'une certaine vie ouvrière de l'époque.
Il s'inspire de la région minière et des gens qui y travaillent.
Ses œuvres témoignent d'un engagement social.
Il a également illustré plusieurs livres, notamment «Treize hommes dans la mine» de P. Hubremont (1938).

 

On peut contempler une grande partie de ses œuvres dans les Musées de Belgique à Mons, Bruxelles, Spa, Liège, Tournai, Namur, Charleroi et La Louvière.

 

 

 

 

 

Herstal le 11.03.2014

CAR 11.03.JPG

CAR 11.03..JPG

CAR 11.03.1.JPG

CAR 11.03.2.JPG

Herstal le 10.03.2014

Coup de coeur

car 10..JPG

 

 

car 10.JPG

 

Herstal le 09.03.2014

car 09..JPG

car 09.JPGcar fn.JPG

car fn..JPG

 

Herstal le 08.03.2014

 

J DE LA F..JPG

 

car 08.JPG

car 08..JPG

car 08.1.JPG

car 08.2.JPG

car 08.3.JPG

Herstal le 07.03.2014

BJ 07.JPG

Herstal le 06.03.2014

car 06.7.JPG

car 06.6.JPG

car 06.5.JPG

car 06.3.JPG

car 06.2.JPG

car 06.1.JPG

COUP DE COEUR

 

car 06..JPG

 

car 06.JPG

Herstal le 05.03.2014CAR 05.6.JPG

 

 

 

car 05...JPG

car 05.2.JPG

car 04.5.JPG

car 05.JPG

car 05.1.JPG

Herstal le 04.03.2014

car 04.4.JPG

car 04.3.JPG

 

car 04.JPG

CAR 04..JPG

Herstal le 03.03.2014

car cal.JPG

Herstal le 02.03.2014

car 02.JPG

car 02..JPG

car 02.1.JPG

car 02.2.JPG

Herstal le 01.03.2014

car 01.JPG

car 01..JPG

car 01.1.JPG

car 01.2.JPG

Herstal le 26.02.2014

CAR 26.JPG

CAR 26..JPG

CAR 26.1.JPG

CAR 26.3.JPG

CAR 26.4.JPG

CAR 26.5.JPG

Herstal le 25.02.2014

car 25.JPG

car 25..JPG

Herstal le 22.02.2014

CAR 22.JPG

Herstal le 20.02.2014

 

car 20.02.1.JPG 

car 20.02.JPG

car 18.4.JPG

car 18.5.JPG

car 18.6.JPG

car 18.7.JPG

Herstal le 19.02.2014

 

CAR 19.02.3.JPG

 

car 19.02..JPG

Un Herstalien, Edouard Wagener, à au cœur de la révolte de 1886

Lettre de Wagener à La Meuse lors de son procès en Assises en 1886: "Il faut démantibuler le Vieux Monde. C'est quand le porc est gras, bourgeois, qu'on le tue. Ouvrier, prends la machine! Paysan, prends la terre!".

1886. Année de crise.

Début 1886, les mineurs de Décazeville, dans l'Aveyron, se mettent en grève. La troupe intervient sans succès. Une campagne internationale de solidarité se développe. A Liège on vend Le Catéchisme du Peuple à 10 cts au lieu de 5 cts, au profit des mineurs de Décazeville.

En février Cockerill ouvre une souscription parmi son personnel au profit des ouvriers nécessiteux, pensionnés ou renvoyés faute d'ouvrage. Elle se charge gracieusement d'en verser le produit à un bureau de bienfaisance. Ces mesures, estime le directeur baron Sadoine, n'ont pas été sans influence sur l'assiduité des travailleurs de cette entreprise lors des grèves de mars.

18 mars 1886: Meeting public organisé à l'occasion de la Commune de Paris

En 1881, Edouard Wagener, cafetier au Rivage à Herstal, prend la présidence des "Va-Nus-Pieds", la fédération liégeoise de l'Association Internationale des Travailleurs.

Jeudi 18 mars 1886 Wagener appelle à un grand meeting public en commémoration du 15° anniversaire de la Commune en la salle du Café National, place Delcour, suivi d’une manifestation place Saint Lambert.

C'est ce meeting qui sera le point de départ d'une bourrasque sociale . C'est ces émeutes qui amèneront Wagener aux Assises.

Ce jour-là les mineurs abandonnent leurs fosses. On y crie "vive la république". Parti de Seraing, un cortège ramasse les travailleurs de Jemeppe, Ougrée, Tilleur, à la suite d'un drapeau rouge. D'autres arrivent de Saint-Nicolas, de Herstal.

A 18h, la place St Lambert est noire de monde: un millier, estime la police. Wagener arrive, porteur d'un drapeau rouge. Arrivé rue Léopold, le cortège casse la grande épicerie Mauguin. Un torrent s'écrase en Neuvice, la rue aux orfèvres. Dans l'arrière salle du café National un Warnotte, qui se réfère aux thèses défendues par le POB (le PS d'aujourd'hui), « fait honte aux manifestants des désordres : point n'est besoin d'appeler à la révolte pour revendiquer nos droits. Vive l'ouvrier lorsqu'il pense et qu'il agit après voir bien pensé". Ce Warnotte témoignera contre Wagener au procès aux Assises. Il lui mettra ces mots à la bouche : « Les propriétaires, nom de D…, c’est avec la dynamite qu’il faut les traiter. Une bête vous saute au nez pour défendre ses jeunes, et vous autres vous êtes assez c… pour ne pas donner à manger à vos enfants. Ceux qui ont des enfants qui crèvent de faim et ne cherchent pas à leur procurer du pain, n'importe par quel moyen, sont N… de D… des rosses. La faim justifie le vol et le pillage. Vive la Commune». Vers 20h30 la place Delcour devant le café National est couverte de 3 à 4000 personnes.

Le bourgmestre de Liège avait signé une interdiction de rassemblement de plus de 5 personnes. La vue de 18 gendarmes à cheval et de 12 gendarmes à pied des Chasseurs Eclairés et des Artilleurs de la Garde civique provoque une immense clameur: "A bas les gendarmes! A bas la garde civique!"

Des coups de feu éclatent. La place est évacuée. La foule assiège l'hôtel de ville. Du pétrole en flamme est projetée sur les gendarmes à cheval. Le bilan: 17 blessés amenés à la permanence, 60 arrestations, 104 édifices endommagés. La Meuse écrit: "vers 4 heures, les anarchistes étaient retournés dans les villages de la banlieue d'où ils étaient sortis comme des bandes de barbares".

Le ministre de la guerre inspecte les troupes dans la berline de Cockerill. Il est prié à dîner par le baron Sadoine, directeur général de Cockerill.


Le mouvement du 18 mars1886 était parti du Charbonnage de la Concorde à Jemeppe. Tous les mineurs qui avaient quitté leur travail sont congédiés sur le champ comme grévistes et fauteurs de révolution. Dans la nuit, la rage au cœur, quatre fugitifs rentrent de Liège. La grève éclate. Les vitres de la maison du directeur Kelecom volent en miettes. A 7 heures, une centaine d'hommes à Seraing , derrière un drapeau rouge improvisé, exhortent les habitants à marcher sur Liège.

Trois bataillons d'infanterie, suivi de la brigade de gendarmes à cheval et d'un escadron de lanciers marchent sur Tilleur et Jemeppe. Deux compagnies sont postées aux Usines Cockerill, encore que le baron Sadoine, administrateur directeur général de la Société Cockerill, fasse admirer la discipline de ses gens, tous au travail, eux.

Samedi, traditionnellement, le jour de paie: des piquets de police se portent aux Charbonnages du bois d'Avroy et du Val Benoît. Au palais de justice pénètrent par fournée les détenus dont hâtivement on instruit le procès. L'escorte de policiers revolvers au poing fait des moulinets du sabre pour dégager la passage.

A 19h30 le couvre feu est décrété. A Tilleur, on a brisé portes et fenêtres des boutiques. Beaucoup de revolvers entre les mains des grévistes, assure la Journal de Liège, des casse-tête formés d'une boule de fer ou d'un boulon au bout d'une corde. Deux cents grévistes, descendus de Saint Nicolas, attaquent le charbonnage du Horloz: fusillade devant la maison du directeur. Des éléments du 9° de ligne chargent à la baïonnette.

A Seraing, des grévistes tirent sur la permanence de l'hôtel de ville, où sont enfermés des camarades.

A Liège, c'est l'alarme. On clabaude: "les mines flambent à Tilleur. Cockerill, le Horloz, seraient au pillage. Le château, l'hôtel de ville de Seraing brûlent" (journal de Liège 21.3.1886). Horreur, "on aurait même hissé la tète d'un maître ouvrier au bout d'un bâton" (Le peuple 22.3.1886).

Le 21 mars, le soleil qui se lève annonce le printemps. Il brille aussi sur les 6000 troupiers chargés de l'ordre dans le bassin à demi paralysé.

Le déploiement des forces militaires dans la région a de quoi impressionner: 6 bataillons de ligne, 5 escadrons de lanciers, 2 batteries d'artillerie à cheval, 100 gendarmes renforcés d'unités des 9°, 10° et 12° de ligne venant d'Arlon et de 3 bataillons du 4° de ligne venant de Bruxelles. Le ministre de la guerre lui-même, le général Pontus, a parcouru les positions dans la berline de Cockerill, escortée par les lanciers. Il a été prié à dîner par le baron Sadoine, administrateur directeur général de la Société Cockerill.

Les soldats tirent

A Tilleur, ça se gâte. Les soldats tirent. On relève un mineur armé d'un pistolet, une femme qui allait quérir son enfant à l'école, un père de famille qui sera amputé, un jeune passant touché au ventre. Il décédera à l'hôpital. A Jemeppe, Joseph Dewar, 18 ans, Lambert Sody,15 ans, tous deux membres de la fanfare locale, tombent mortellement frappés.

A Seraing, il y a bataille rue du Bac. Un lancier touche Henri

Deridder d'une balle dans la face. A sa fenêtre, rue des Pierres, Nicolas Jacob, cafetier et agent d'affaires, a la tête emportée d'un coup de fusil par un fantassin chargé du couvre feu.

Le 23.3 une échauffourée oppose la police à des grévistes au haut de la Chauve Souris, près du Charbonnage de la Haye, à Saint Gilles. Deux luxembourgeois, Charles Manderscheid et Pierre Schroeder, sont très grièvement blessés.

La grève est maintenant totale dans la plupart des charbonnages. A Herstal 129 des 169 mineurs de la houillère Gérard Cloes refusent de descendre. Le bourgmestre apprend qu’une dizaine d’individus s’étaient promenés à Wandre, avec drapeau rouge et bonnet phrygien, sous les fenêtres du Charbonnage, qu’ils avaient traversé le pont de Wandre-Herstal et qu’ils étaient venus manifester devant la maison occupée par la famille du détenu Wagener. Il décide de faire fermer les cafés à 19h, d’interdire des rassemblements et la circulation sur le pont sans laissez-passer.

Cette interdiction de circuler sur le pont fraichement inauguré est assez cocasse si l’on sait que ce pont avait été réclamé depuis des décennies par Herstal. Signalons en passant que l’année après, en 1887, le même bourgmestre interdit une réunion de propagande en plein air à l’occasion de l’inauguration de la première Maison du Peuple au n° 13 de la rue Hoyoux (source : P. Baré p297).

Malgré les ordres donnés, le café Wagener, au Rivage, était resté ouvert ; une visite du commissaire « en fit sortir plusieurs individus notoirement connus comme adeptes de Wagener. Ils furent conduits, sous escorte de police et de pompiers, jusqu’au-delà du pont ».

Le mouvement s'use, sauf à Herstal où la grève s’étend de Cloes à la Petite Bacnure, Bonne Espérance et Bonne Foi Hareng.

A Seraing on défend de parler sur la tombe de Nicolas Jacob pour les funérailles duquel un bataillon de carabiniers, un bataillon de lignards, un fort détachement de lanciers sont mobilisés.

Les obsèques de Lambert Sody, à Jemeppe, se déroulent sous l'œil de la troupe. La fanfare dont il était membre n'a pu sortir de l'église. Seule la famille a pu suivre le cercueil au cimetière.

Les métallurgistes hésitent. Il y a bien grève dans les tôleries et laminoirs de Jemeppe et d'Ougrée. Un mouvement s'est amorcé à l'Usine de fer de Cockerill. Mais le baron Sadoine est sur la brèche. Il sait stimuler les forces de l'ordre et haranguer ses salariés. Ce n'est pas pour lui, proclame-t-il, qu'il va chercher des commandes aux quatre coins de l'Europe et qu'il travaille à perte; c'est pour leur donner de l'ouvrage et subvenir aux besoins de leurs femmes et enfants.

Tragédie à Roux

situation est devenue tragique dans le bassin de Charleroi. La paie du 25 mars, réduite, a indigné les mineurs. Le 26 mars, la fermentation gagne les verreries. A Lodelinsart, l'usine Baudoux flambe, ainsi que le château du propriétaire. Tragédie à Roux, le lendemain, des morts parmi les grévistes trop audacieux devant des militaires en haute amenés forcés.

Le 28 mars 1886 la Sûreté publique fait un bilan des émeutes à Liège: 4 morts, 43 blessés. Le 31 mars le roi écrit: "Il faut faire une loi pour atteindre les meneurs et leurs écrits, une autre pour réprimer le port d'armes sans autorisation". Le 16 avril le ministre de la Justice présentait à la Chambre le projet de loi qui servira (e.a.) à accuser les 13 de Clabecq.

La justice se veut rapide, exemplaire. Les sentences tombent: 77 condamnations par le Tribunal correctionnel de Liège, nous négligeons les cas de police dont regorgent les prisons. On reproche à Edouard Wagener son attitude "révoltante", son air de "bravade" et ses réponses "cyniques". Il est âgé de 37 ans. Il est rapidement devenu sous-officier, grâce à "une grande facilité de conception et d'élocution". Il a été ramené au rang de sergent, puis dégradé. Il monte à Liège une affaire de galvanoplastie, travaille à la Fonderie des canons, négociant, commissionnaire, il est maintenant fabricant de chaises et cabaretier, près du Pont de Wandre, à Herstal. Il est réputé comme communard dans le Luxembourg, à Liège et à Dison. Lors de son procès en Assises, La Meuse publie des extraits d'une de ses lettres à un journal de Herstal: "Il faut démantibuler le Vieux Monde. C'est quand le porc est gras, bourgeois, qu'on le tue. Ouvrier, prends la machine! Paysan, prends la terre!".

La cour frappe Wagener au maximum: 6 mois de prison.

Le 28 mars la Gazette de Liège avait dénoncé "le mal immense accompli dans les masses par le Catéchisme du Peuple, catéchisme perfidement et habilement rédigé, en vue d'exciter les colères et les haines des travailleurs contre le capital". Alfred Defuisseaux prend 12 mois pour son Catéchisme du Peuple, Edouard Anseele 6 mois pour injures contre le Roi.

La règle « non bis in idem » est un principe classique de la procédure pénale, déjà connu du droit romain, d'après lequel nul ne peut être poursuivi ou puni pénalement à raison des mêmes faits. La justice belge de 1886 n’en a cure : le 9 août 1886 Wagener affronte la cour d'Assises de Liège, à coté de deux autres accusés, Ruttens et Billen. L'avocat général Delwaide invoque l'article 125 du code pénal. Celui-ci vise "la dévastation, le pillage, le massacre". Les faits sont établis quant à l'intention. Wagener, le principal instigateur, porte donc la responsabilité des morts de Roux et des condamnations déjà infligées. Wagener nie et reproche à l'accusation et aux témoins d'avoir dans ses propos recherché les gros mots. Le jury formé de négociants, de banquiers, de rentiers, de propriétaires, d'industriels retient "la provocation par discours à la dévastation, au pillage, au massacre". Malgré les circonstances atténuantes dues à leurs bons antécédents, les accusés essuient 5 ans de réclusion et 10 ans de mise à disposition de la police.

C'est le même jour, le 9 août, qu'est voté la loi qui est libellé comme suit:

" Seront punis comme auteur d'un crime ou d'un délit ceux qui, soit par des discours tenus dans des réunions ou dans les lieux publics, soit par des écrits, des imprimés, des images ou emblèmes quelconques, qui auront été affichés, distribués ou vendus, mis en vente ou exposés aux regards du public, auront provoqué directement à le commettre ... ".

La sentence cassée le 3.10 par la cour de Cassation, sera confirmée en Cour d'Assises de Namur le 21.12.1886.

Le 11 août 1886 Oscar Falleur, dirigeant de l'union Verrière, et son compagnon Xavier Schmidt encoururent 20 ans de travaux forcés devant la Cour d'Assises du Hainaut pour les journées tragiques de Charleroi.

Ce texte est rédigé sur base de deux textes : René Van Santbergen, une bourrasque sociale Liège 1886, Lg 1969). Rapport de Mr. Le Bourgmestre sur les grèves du mois de mai dernier présenté en séance publique du Conseil Communal du 3 mai 1886 ; dans le N°24 du « Musée Herstalien », p11 à 23.

car 19.02.1.JPG

car 19.02.2.JPG

Herstal le 18.02.2014

car 18.JPG

car 18..JPGcar 18.1.JPG

car 18.2.JPG

car 18.3.JPG

 

Herstal le 17.02.2014

Souvenir souvenir 1951

 

car hub..JPG

Herstal le 17.02.2014

 

car 17.JPGcar 17..JPG

car 17.0.JPG

car 17.1.JPG

car 17.2.JPG

car 17.3.JPG

car 17.5.JPG

car 17.4.JPG

car 17.6.JPG

Herstal le 16.02.2014

car 16.02.JPG

car 16.02..JPG

car 16.02.1.JPG

Herstal le 15.02.2014

car 15.02.5.JPG

 

 

car 15.02.4.JPG

 

 

car 15.02.3.JPG

 

 

car 15.02.2.JPG

 

 

car 15.02.1.JPG

car 15.20.4.JPG

 

car 15.02..JPG

car 15.02.JPG

Herstal le 14.02.2014

car 14.02.JPG

car 14.02..JPGcar 14.02.4.JPG

 

car 14.02.1.JPG

car 14.02.2.JPGcar 14.02.5.JPG

car 14.02.3.JPG

Herstal le 13.20.2014

Jacques Brel à la Préalle Herstal

J B FW.JPG

J B FW..JPG

J B FW.0.JPG

J B FW.1.JPG

J B FW.2.JPG

J B FW.4.JPG

J B FW.3.JPG

J B FW.5.JPG

Herstal le 13.02.2014

Coup de coeur et souvenir.... souvenir !!!

miss m..JPGmiss m.JPG

 

Herstal le 12.02.2014

car 12..JPG

car 12.1.JPG

car 12.JPG

car 12.02.3.JPG

car 12.2.JPG

Herstal le 11.02.2014

car 10.14.JPG

car 10.16.JPG

car 10.15.JPG

car 10.13.JPG

car 10.12.JPG

car 10.11.JPG

car 10.10.JPG

Herstal le 10.02.2014

car 10.9.JPG

 

 

car 10.8.JPG

 

 

car 10.6.JPG

 

 

car 10.5.JPG

 

 

car 10.3.JPG

 

 

car 10.2.JPG

 

 

car 10.1.JPG

 

 

car 10..JPG

 

 

car 10.JPG

 

car 3juin.JPG

Herstal le 07.02.2014

car 07.4.JPG

car 07.1.JPG

car 07.3.JPG

car 07.2.JPG

Herstal le 06.02.2014

11.111.JPG

car 07.JPG

car 07..JPG

car 07.0.JPG

Herstal le 05.02.2014

car 06.JPG

car 06..JPG

car 06.0.JPG

car 06.1.JPG

Herstal le 04.02.2014

car 04.1.JPG

car 04.4.JPG

car 04.5.JPG

car 04.3.JPG

car 04.2.JPG

car 04.0.JPG

car 04..JPG

car 04.JPG

Herstal le 03.02.2014

 

car 03.7.JPG

 

 

 

 

 

 

 

car 03.JPG

car 03.0.JPG

car 03.1.JPG

car 03.2.JPG

car 03.3.JPG

car 03.4.JPG

Herstal le 02.02.2014

ch 1200.0.JPG

ch 1200.JPG

 Herstal le 01.02.2014

calandrier h.JPG

Herstal le 31.01.2014

car 31.4.JPG

car 31.JPG

car 31.0.JPG

car 31.1.JPG

car 31.2.JPG

car 31.3.JPG

car 31.5.JPG

car 31.6.JPG

car ...JPG

Herstal le 30.01.2014

car lic.JPG

car lic.0.JPG

car lic.1.JPG

 

Herstal le 29.01.2014

 

car 29.2.JPG

 

car 29.JPG

car 29.0.JPG

car 29.1.JPG

Herstal le 28.01.2014

car 28.0.JPG

car 28.2.JPG

car 28.JPG

car 28.1.JPG

Herstal le 27.01.2014

 

clique v.JPG

CAR 27.1.JPG

CAR 27.0.JPG

car 27.JPG

CAR 27.2.JPG

CAR 27.3.JPG

CAR 27.4.JPG

10.000.6.gif

Herstal le 26.01.2014

 

car 26.JPG

 

car 26.JPG

car 26..JPGcar 26.1.JPG

car 26.2.JPG

car 26.4.JPG

 

Herstal le 25.01.2014

car 25.4.JPG

car 25.5.JPG

car 25.7.JPG

car 25.6.JPG

car 25.JPG

car 25.0.JPG

car 25.1.JPG

car 25.5.JPG

car 25.6.JPG

 

Herstal le 24.01.2014

CAR 24.A.JPGCAR 24.B.JPG

 

Herstal le 23.01.2014

 

car 23.0.JPG

car 23.4.JPG

car 23.7.JPG

 

 

car 23.JPG

car 23.1.JPG

car 23.2.JPG

car 23.3.JPG

car 23.5.JPG

car 23.6.JPG

 

Herstal le 22.01.2014

3 diap.9.gif

 

car 22.JPG

 

car 22.1.JPGcar 22.3.JPG

car 22.0.JPG

Herstal le 21.01.2014

car 22.2.JPG

Herstal le 20.01.2014

car 20.3.JPG

 

 

car 20.gif

 

car 20.0.JPG

car 20.1.JPG

car 20.JPG

car 20.2.JPG

 Herstal le 19.01.2014

car 18.4.JPG

car 19.0.JPG

car 19.1.JPG

car 19.2.JPG

car 19.4.JPG

car 19.JPG

Herstal le 18.01.2014car 18.1.JPG

car 18.2.JPG

car 18.3.JPG

 

car 18.0.JPG

CAR 18.JPG

Herstal le 16.01.2014

car 16.JPG

car 16.0.JPG

car 16.1.JPG

car 16.2.JPG

car 16.3.JPG

car 16.4.JPG

car 16.5.JPG

car 16.6.JPG

Herstal le 15.01.2014

CAL JAN.2.JPG

 

 
Herstal le 14.01.2014

car dia.9.gif

 HER8.gif

Herstal le 13.01.2014

 

car 13.01.07.JPG

 

 

car 13.01.06.JPG

 

 

car 13.01.04.JPG

 

 

car 13.01.03.JPG

 

 

car 13.01.02.JPG

 

 

car 13.01.01.JPG

 

 

car 13.01.0.JPG

 

 

car 13.01.JPG

 

Herstal le 12.01.2014

FIESSE31 J.jpg

Herstal le 11.01.2014

 

car 10.01.7.JPG

 

 

car 10.01.6.JPG

 

 

car 10.01.5.JPG

 

 

car 10.01.9.JPG

 

 

car 10.01.4.JPG

 

 

car 10.01.3.JPG

 

 

car 10.01.2.JPG

 

 

car 10.01.10.JPG

 

 

car 10.01.11.JPG

 

 

car 10.01.1.JPG

 

Herstal le 10.01.2014

 

car 10.01.8.JPG

 

 

car 10.01.0.JPG

 

 

car 10.01.JPG

 

Herstal le 09.01.2014

car 09.07.5.JPG

 

 

car 09.01.6.JPG

 

 

car 09.01.4.JPG

 

 

car 09.01.3.JPG

 

 

car 09.01.2.JPG

 

 

car 09.01.1.JPG

 

 

car 09.01.0.JPG

 

 

car 09.01.JPG

 

Herstal le 08.01.2014

 car F DE L.JPG

CAR F DE L.1.JPG

 

Herstal le 07.01.2014

car 07.01.3.JPG

 

 

car 07.01.2.JPG

 

 

car 07.01.1.JPG

 

 

car 07.01.0.JPG

 

 

car 07.01.JPG

 

Herstal le 06.01.2014

CAR SOUV.JPG

 

car 05.01.9.JPG

 

 

car 05.01.8.JPG

 

 

car 05.01.7.JPG

 

 

car 05.01.6.JPG

 

 

car 05.01.5.JPG

 

 

car 05.01.4.JPG

 

 

car 05.01.2.JPG

 

 

car 05.01.1.JPG

 

 

car 05.01.0.JPG

 

Herstal le 05.10.2014

 

car 05.01.JPG

car ARenard.JPG

l’issue de son service militaire, André Renard entre comme ouvrier traceur chez Cockerill puis devient contremaître à l’atelier de réparations de l’Espérance Longdoz (1932). Fondateur de premiers noyaux syndicaux dans une entreprise connue pour son anti-syndicalisme, Renard est renvoyé et reste sans travail pendant plusieurs mois. Engagé en avril 1936 comme conducteur de travaux aux Pieux Franki, il participe aux grèves en faveur des congés payés et de la semaine des 40 heures. Il est à nouveau renvoyé avant d’être réembauché quelque temps plus tard. Membre des Jeunes Gardes socialistes, membre du comité exécutif de la Fédération syndicale des Métallurgistes de Liège, Renard publie quelques articles dans le Cri des jeunes. Son militantisme n’échappe pas à l’attention d’Isi Delvigne qui le charge, en 1936-1937, de rassembler la documentation relative à la vie économique et sociale de la Belgique. Militant antifasciste, il se rend plusieurs fois en Espagne, en tant que membre de délégations syndicales internationales (fin 1937). C’est à ce moment que se façonne la carrière du futur leader syndical. Responsable du service d’études et de documentation de la Fédération des métallurgistes de Liège (novembre 1937), il fait ensuite partie de son comité exécutif.

 

Mobilisé fin 1939, le soldat des premiers lanciers de Spa est arrêté et emprisonné en Allemagne, comme des milliers de jeunes Wallons de sa génération. Porteur du matricule 50.523, il est retenu au stalag XI A-137, jusqu’au 28 mai 1942 ; malade, André Renard est en effet libéré et rapatrié. Dès son retour, il s’engage dans la Résistance. Pour lutter contre les déportations, André Renard crée le Corps franc armé K.J.3 dont il assure le commandement. Encourageant une forme de résistance civile qui consiste à freiner la production et à saboter l’outil, actif dans la presse clandestine, il apporte une aide toute particulière à 1.500 réfractaires sérésiens au travail obligatoire, surtout à partir de l’automne 1943, dans le cadre du Service Socrate. Durant l’été 1942, André Renard a renoué un contact avec Raymond Latin. S’appuyant sur une base ouvrière de plus en plus large, A. Renard et R. Latin réunissent les anciens délégués de la Fédération et, à partir d’octobre, assurent la rédaction du Métallurgiste, bulletin d’information stencilé, qui coordonne l’action des délégués répartis dans les entreprises du bassin industriel liégeois. Proche des travailleurs et de leurs revendications, le nouveau syndicat clandestin joue un rôle important lors des grèves contre les déportations, dont la plus importante, celle du 24 février 1943, rassemble 60.000 personnes. À la même époque, un manifeste rédigé par un groupe de syndicalistes wallons – où figurait vraisemblablement André Renard – plaide en faveur d’un regroupement wallon de toutes les forces syndicales qui, avant le 10 mai 1940, étaient structurées sur le plan national belge.

 

Suite à des contacts avec Robert Lambion, président de Comités de Lutte syndicale, l’Intersyndicale des CLS de Liège et l’ancienne Fédération des Métallurgistes de Liège aboutissent à un accord (juin 1943) : la fusion de la fédération socialiste et des CLS. Vers la fin de l’occupation, la Fédération des Métallurgistes se sépare totalement de la CGTB et forme le Mouvement métallurgique unifié (MMU) qui devient par la suite le Mouvement syndical unifié (MSU), organisation totalement autonome. En septembre 1944, tant la CGTB que la CSC, tout en reconnaissant les organisations syndicales nées pendant la guerre, tentent d’en attirer les membres. Lors de la Première Conférence du Travail (16 septembre 1944), seules la CGTB et la CSC sont présentes. À la suite d’une action de grève spectaculaire (du 16 au 24 septembre), le MSU parvient à se faire reconnaître en tant qu’organisation syndicale ; apprécié notamment dans les milieux udébistes, André Renard sort grandi de ces différentes épreuves de force ; il peut compter sur l’appui de 80 à 90% des ouvriers métallurgistes liégeois. Ayant réussi à créer une unité syndicale dans la région liégeoise, André Renard s’attèle alors à la création d’un syndicat unique à plus large échelle. Les négociations sont rudes ; finalement, la SGUSP, la CGTB, les CLS et le MSU acceptent de se dissoudre au profit de la seule FGTB (congrès de fusion, 28 et 29 avril 1945). La presque totalité des principes de la Déclaration du MSU se retrouve dans le programme de la FGTB. La CSC, qui avait participé à une première réunion de contact, décide pour sa part de conserver ses prérogatives. Jusqu’au début des années soixante, A. Renard tentera de convaincre ses dirigeants de se rallier à un programme commun. En vain.

 

Président de la Fédération des Syndicats de la région de Liège (1944), A. Renard devient secrétaire national de la Fédération des Métallurgistes (1945) et secrétaire national de la FGTB (1946-1948). Il démissionne de cette dernière fonction lors du congrès de février 1948 pour protester contre le non-respect de l’indépendance syndicale. Dans un Manifeste signé, quelques jours plus tard, par plusieurs syndicalistes de l’ancien MSU, Renard réclame à la fois un plus grand respect de l’indépendance et de l’unité du mouvement syndical, ainsi qu’une représentation plus équitable des tendances et des régions.

Dès 1945, André Renard a clairement exprimé quelle était sa position dans la Question royale. Politiquement et patriotiquement, Léopold III est condamné ; socialement, il est sans intérêt. Cependant, il supporte mal que cette affaire coûte des millions à la classe ouvrière mais surtout qu’elle la détourne des vrais problèmes sociaux. Le retour ou non de Léopold III ne doit pas permettre au patronat d’éviter de tenir promesse. En 1950, les événements se précipitent. La différence de sensibilité entre la Flandre et la Wallonie au moment de la consultation populaire du 12 mars 1950 renforce l’impression déjà ressentie par André Renard au sein de la FGTB nationale : les travailleurs wallons ne sont pas représentés équitablement. Il n’y a pour nous qu’un chiffre qui compte, c’est le chiffre de la Wallonie, déclare André Renard qui affirme que c’est la première fois qu’un militant syndical parle en tant que Wallon (22 mars). Au Congrès national wallon de Charleroi, le 26 mars 1950, il apporte le soutien de 85.000 travailleurs manuels et intellectuels de la FGTB de Liège au mouvement de libération de la Wallonie : Fédéralisme ! Oui, mais avec la place qui revient à la classe ouvrière. Nous voulons la libération de la Wallonie, mais nous voulons aussi notre libération en tant que classe sociale. Lorsque Léopold III rentre à Laeken le 22 juillet 1950, A. Renard contribue au mot d’ordre de grève générale et prône « l’abandon de l’outil ». Tout le bassin industriel est paralysé. Le climat est insurrectionnel. Fin juillet, il apporte son soutien à la formation d’un gouvernement wallon provisoire qui aurait été chargé de convoquer les États généraux de Wallonie. Après les événements de Grâce-Berleur, la Question royale trouve sa solution, la question wallonne reste en suspens.

 

Redevenu secrétaire national de la FGTB (1949-1953), A. Renard brigue la succession de Paul Finet au secrétariat général de la FGTB. Face à lui, Louis Major ; c’est le candidat flamand qui est élu, avec trois voix de plus que le candidat wallon qui accepte de devenir secrétaire général adjoint. Dans les faits, le secrétaire général exercera, notamment, la responsabilité des régionales flamandes alors que le secrétaire général adjoint aura compétence sur les régionales wallonnes, tous les deux exerçant de concert leur pouvoir sur Bruxelles.

Les années cinquante sont en effet surtout marquées par la volonté d’André Renard d’élaborer une nouvelle action syndicale ; pour ce faire, il met sur pied une commission d’études qui, de 1951 à 1954, rassemble des personnalités de premier plan. En 1954, un congrès extraordinaire de la FGTB adopte les propositions qui concernent la nationalisation de l’énergie, le contrôle des banques, la coordination des investissements, l’assainissement des secteurs déficients de l’économie, la répartition équitable du revenu du travail... Deux ans plus tard, commence la bataille pour les réformes de structure : Holdings et démocratie économique (1956) donne le ton. Renard fait le procès du régime, met en cause les groupes financiers, leur carence en matière d’investissements, d’expansion et de modernisation technologique ainsi que leur état d’impréparation quant à l’intégration de l’économie belge dans le Marché commun alors naissant. Adopté à l’unanimité par les deux congrès de la FGTB, ce programme divisera, dans les faits, syndicalistes wallons et syndicalistes flamands.

 

Même s’ils ne partagent pas le même point de vue sur toutes les questions, André Renard et Louis Major s’estiment et se respectent. Ensemble, dans les années cinquante, ils se sont notamment lancés dans le combat en faveur de l’Europe et, en compagnie de Georges Debunne, ils ont fait partie du Comité d’Action pour les États-Unis d’Europe mis sur pied par Jean Monnet. Ils se sont cependant heurtés à un manque de volonté d’aboutir de la part des décideurs politiques et ont reporté leurs efforts dans leur région respective.

Depuis 1951, André Renard dirige notamment le journal La Wallonie et succède officiellement à Isi Delvigne à partir de 1952. Parallèlement, via son bras droit, André Genot, qui est notamment le rapporteur économique du congrès des socialistes wallons (Namur, 6 et 7 juin 1959), André Renard enregistre avec satisfaction l’adoption par le Parti socialiste belge non seulement du programme économique des réformes de structure du syndicat mais aussi l’idée d’une fédéralisation des structures du Parti.

Acteur et animateur majeur de la Grève contre la Loi unique, André Renard en assure le succès au travers le Comité de Coordination des régionales wallonnes de la FGTB. Répétant qu’il est indispensable de recourir au fédéralisme pour réformer les structures de l’État belge, André Renard prône son application dans les structures syndicales. Le 23 janvier, la grève est suspendue mais André Renard entend continuer la lutte. Fin février, est lancé le Mouvement populaire wallon qui se fixe deux objectifs : réformes de structure et fédéralisme. Dans le même temps, A. Renard adresse une lettre de démission au bureau national de la FGTB (23 février). Il y invoque une incompatibilité totale entre les positions qu’il défend et la fonction qu’il est appelé à remplir. Démissionnant par conséquent aussi de ses mandats au Conseil économique et social européen, au Conseil central de l’économie, au Comité de contrôle de l’électricité, au Conseil d’administration de l’OBAP, au Comité national d’expansion économique, au Conseil supérieur de l’enseignement technique et au Comité national de la recherche scientifique, il confirme dans un article à Combat intitulé J’ai démissionné que les structures unitaires tant étatiques que syndicales sont l’obstacle et au socialisme et à l’expansion économique, les deux étant plus que jamais condition l’un de l’autre. Je veux être libre (...) pour militer (...) pour une Wallonie démocratique et prospère. (...) Seul le fédéralisme peut créer les conditions favorables aux réformes de structure économique qui créeront elles-mêmes les conditions de l’expansion économique dans le progrès social.

La vie d’André Renard au cours des années 1961 et 1962 va alors se confondre avec celle du Mouvement populaire wallon, présenté officiellement après les élections législatives de mars 1961. Directeur du journal La Wallonie et de Combat, président d’un mouvement wallon dont la doctrine est hardiment charpentée, André Renard n’en reste pas moins un leader de groupe de pression fragile. N’exerçant plus de responsabilités dans les instances supérieures de son syndicat, il ne peut compter que sur l’appui des militants pour introduire les réformes auxquelles ses camarades flamands s’opposent. Meetings, cortèges et congrès popularisent les thèses du Mouvement populaire wallon. Cependant, l’état de santé d’André Renard inspire les plus vives inquiétudes. Hospitalisé le 7 juillet, il devait décéder quelques jours plus tard. Ses funérailles rassemblent des milliers de personnes. Les discours rendent hommage au résistant, au syndicaliste, au Wallon, au militant. Ses compagnons de lutte ne manqueront pas de rappeler son action à l’occasion d’anniversaires et une fondation verra le jour au sein de la régionale Liège-Huy-Waremme de la FGTB.

Paul Delforge

Pour une biographie plus complète, on se reportera à la notice qui lui est consacrée dans l’Encyclopédie du Mouvement wallon, sous la direction scientifique de Paul Delforge, Philippe Destatte et Micheline Libon, Charleroi, 2001, tome 3, p. 1380-1387.

car ARenard.0.JPG

Herstal le 04.01.2014

car 03.012014.4.JPG

 

 

car 03.01.2014.11.JPG

 

 

car 03.01.2014.10.JPG

 

 

car 03.01.2014.9.JPG

 

 

car 03.01.2014.8.JPG

 

 

car 03.01.2014.6.JPG

 

car 03.01.2014.4.JPG

Herstal le 03.01.2014

CAR 03.01.2014.1.JPG

 

 

CAR 03.01.2014.JPG

 

 Herstal le 02.01.2014

CHARLE .0.JPG

CHARLE.jpg

http://thiery.skynetblogs.be/

BLOGE SUR CHARLEMAGNE A VOIR

charle .2.JPG

CHARLE..JPG

CHARLE .0.JPG

 

Herstal le 31.12.2013

 

car31.12.JPG

car 31.12.1.JPGcar 31.12.2.JPG

 

 

 

 

 

JOSEPH WAUTERS –1877-1947

 

Issu d’une ancienne famille gênoise établie à Anvers, puis à Liège, Joseph Wauters est né à Rosoux-Crenwick, près de Waremme, le 8 novembre 1875.
Docteur en Sciences physico-chimiques, il fut d’abord professeur de ces mêmes sciences à l’école de tannerie annexée à l’Université de Liège, où il avait conquis ses diplômes.
Il devint ensuite chef de travaux de laboratoire à la dite Université. C’est à ce titre qu’il prend part à différents congrès européens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Spécialiste des Sciences exactes, Joseph Wauters s’intéresse cependant très vite au domaine social et particulièrement aux conditions de vie des travailleurs.
Dès 1895, il fonda la première société de secours mutuel et dix ans plus tard, le premier dispensaire antituberculeux et les premières consultations pour nourrissons.
Elu député de l’arrondissement de Huy-Waremme, il devint à 33 ans, le benjamin du Parlement.
En 1910, il abandonna le professorat pour devenir Directeur du Journal « Le Peuple ».
La première guerre mondiale lui donne l’occasion de se dévouer pour son pays, notamment en faisant de l’espionnage en faveur des armées belge et française du Nord. C’est ce qui lui valut d’être nommé, en 1919, grand Officier de l’Ordre de la Légion d’Honneur, par le Président de la République française.
Le sort de ses semblables pendant cette tourmente ne laisse pas indifférent car il fait partie du Comité de Secours et de ravitaillement du pays et il adresse aux autorités allemandes plusieurs lettres de protestation contre la déportation des hommes.
Dès la fin des hostilités, il entre dans le premier Gouvernement d’après guerre, dit Gouvernement de Lophem, en qualité de Ministre de l’Industrie, du Travail et du Ravitaillement. C’est là que, dans des circonstances très difficiles – il y avait 800.000 chômeurs et les communications étaient gravement perturbées-il va donner le meilleur de lui-même.
C’est en effet, à cette époque que plusieurs réalisations sociales importantes virent le jour. Il en fut le principal promoteur.
A côté de mesures destinées à remédier à la situation du moment, il créa notamment la « Société nationale des Habitations à bon marché » et organisa la première foire commerciale de Bruxelles. Il ordonna les lois et arrêtés pour la protection du travail des femmes et des enfants et fit augmenter la pension des vieux mineurs. On lui doit également la loi sur les pensions de vieillesse. Mais son nom restera surtout attaché à, la fameuse loi des 8 heures, qu’il fit voter le 14 juin 1921, ce qui lui valut les félicitations du Roi Albert 1er.
Joseph Wauters mourut le 30 juin 1929. Un monument commémorant sa mémoire fut érigé à Waremme en 1930.

 

 

car 31.12.3.JPG

car 31.12.4.JPG

car 31.12.5.JPG

car 31.12.6.JPG

car 31.12.7.JPG

 

car 31.12.8.JPG

 

car 30.12.JPG

 

car 30.12.1.JPG

 

car 30.12.2.JPG

 

car 30.12.3.JPG

 

car 30.12.4.JPG

 

car 30.12.5.JPG

 

 

 

Herstal le 30.12.2013

 

 

 

car 29.12.6.JPG

 

 

 

 

 

car 29.12.10.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

car 29.12.4.JPGcar 29.12.5.JPG

 

 

 

 

 

car 29.12.3.JPG

 

 

 

 

 

car 29.12.2.JPG

 

 

 

Herstal le 29.12.2013

 

 

 

car 29.12.7.JPG

 

car 29.12.8.JPG

 

car 29.12.9.JPG

 

 

 

 

 

car 29.12.1.JPG

 

 

 

 

 

car 29.12.JPG

 

 

 

Herstal le 28.12.2013

 

 

 

CAR CH B.JPG

 

car fs.JPG

 

car FS.1.JPG

 

CAR JJ.JPG

 

CAR JJ.1.JPG

 

 

 

car liers.5.JPG

 

car liers.4.JPG

 

car liers.3.JPG

 

car liers.2.JPG

 

car liers.1.JPG

 

car liers.JPG

 

SAPIN..gif

 

 

 

En ce mois de Noël a vous amies et amis virtuels
Mes rêves d’amour et de paix Pour vous tous ceux
et toutes celles qui sont devenus mes amies
virtuelles pour vous en ce mois de Noël de tout
mon cœur je vous souhaite rien que du bonheur

 

Herstal le 27.12.2013

 

car eglise.4.JPG

 

car eglise.3.JPG

 

car eglise.2.JPG

 

car eglise.1.JPG

 

car eglise.JPG

 

Herstal le 26.12.2013

 

 

 

CAR 26.12.10.JPG

 

 

 

 

 

CAR 26.12.9.JPG

 

 

 

 

 

CAR 26.12.8.JPG

 

 

 

 

 

CAR 26.12.6.JPG

 

 

 

 

 

CAR 26.12.7.JPG

 

 

 

 

 

CAR 26.12.5.JPG

 

 

 

 

 

CAR 26.12.4.JPG

 

 

 

 

 

CAR 26.12.3.JPG

 

 

 

 

 

CAR 26.12.2.JPG

 

 

 

 

 

CAR 26.12.1.JPG

 

 

 

 

 

CAR 26.12.JPG

 

 

 

M M.JPG

 

https://www.facebook.com/hubert.beerts#!/groups/682776658409598/686383941382203/?notif_t=group_activity

 

herstal à l2.gif

 

à voire sur facebook

 

https://www.facebook.com/HerstalALancienne#!/HerstalALancienne

 

 

 

 

 

Herstal le 23.12.2013

 

 car bern.JPG

 

car bern.1.JPG

 

car bern.2.JPG

 

 

 

car bern.3.JPG

 

Il appartenait à la concession de la Grande et de la Petite Bacnure .

 

Il est entouré par la rue Jolivet à l'ouest, la rue des Petites Roches et celle de la Crête au nord, la limite communale entre Liège et Herstal (qui constitue également la ligne de partage entre le terril de Bernalmont et celui de Belle-Vue, qui le jouxte et qui appartenait à la concession de

 

Belle-Vue et de Bien-Venue) à l'est et la rue Joseph Truffault et la rue Bois l'Evêque au sud

 

Notre zone englobe une partie de la terrasse sur laquelle repose le terril, une partie des versants sud et ouest de cette

 

Bref historique

 

L'histoire du quartier de " Bernalmont ", c'est l'histoire de la houille déjà exploitée en 1325.

 

D'anciens documents qualifiaient l'endroit de " montagne de houille " tellement ce dernier était exploité via de nombreuses " bures ".

 

Le quartier était traversé par un chemin datant du XVIème siècle, dénommé " voie des hotteurs ", destiné principalement au transport du charbon vers le port de Coronmeuse.

 

En 1824, la Société charbonnière de la Grande Bacnure voyait le jour dans le quartier. En 1885, elle passait du statut de société civile à celui de " Société Anonyme " (S.A.). Son seul siège d'extraction se situait à Gérard Cloes (au NO du terril).

 

En 1920, elle a fusionné avec la société voisine, la S.A. de la Petite Bacnure , dépendant comme elle, de la famille Braconnier. La concession de la Grande et de la Petite Bacnure était ainsi créée.

 

En 1950, la société occupait plus de 2 000 ouvriers.

 

En 1960, le siège d'extraction de Gérard Cloes disparaissait.

 

En 1971, la société a cessé toutes activités d'extraction dans la zone de la Grande Bacnure et toutes les activités de surface ont disparu en février 1972.

 

Cette société a donné naissance à trois terrils : le terril de Bernalmont et de Gérard Cloes (n°60b) maintenant disparu sur la commune de Liège, celui de la Petite Bacnure (n°60) à Herstal (Franssen, 1996).

 

Il a fait partie de la concession de la Grande Bacnure et de la Petite Bacnure .

 

Les dates de déversement ne sont pas connues avec précision mais celles fournies par M. Tilkin, géomètre au charbonnage de la Grande et de la Petite Bacnure , sont apparues les plus plausibles.

 

Ainsi, les déversements ont débuté vers 1920 et ont pris fin en 1971 .

 

Ces dates sont également celles qui nous ont été données le plus souvent par les personnes les plus âgées qui résident autour du terril et qui ont vécu les déversements. Mais aussi par M. Franssen, qui ayant effectué de nombreuses comparaisons de sources écrites et orales, arrive à des dates équivalentes.

 

Il a été érigé suite au manque de place rencontré par le charbonnage, qui déversait auparavant sur les sites qui ont donné les terrils de la Petite Bacnure (n°60) et de Gérard Cloes (60b). Ce dernier a actuellement entièrement disparu.

 

Les sièges d'extraction étaient localisés à Gérard Clos et au nord du terril de la Petite Bacnure et les matériaux extraits étaient acheminés vers Coronmeuse par l'intermédiaire d'un tunnel (à + 69 m sur une ancienne carte qui nous a été fournie par M. Marche de la Région wallonne). Le siège de Coronmeuse avait pour objet principal le triage et le lavage

 

car cadre.JPG

 

car cadre.2.JPG

 

car cadre.4.JPG

 

car cadre.5.JPG

 

car cadrs.4.JPG

 

car cad.1.JPG

 

9.000.11.gif

 

 

 

Herstal le 21.12.2013

 

CAR POINT.JPG

 

Herstal le 20.12.2013

 

car 20.12.9.JPG

 

car 20.12.8.JPG

 

car 20.12.7.JPG

 

car 20.12.6.JPG

 

car 20.12.5.JPG

 

car 20.12.4.JPG

 

car 20.12.3.JPG

 

car 20.12.2.JPG

 

car 20.12.1.JPG

 

car 20.12.JPG

 

Herstal le 19.12.2013

 

car jj.8.JPG

 

car jj.7.JPG

 

car jj.6.JPG

 

car jj.5.JPG

 

car jj.4.JPG

 

car jj.3.JPG

 

car jj.2.JPG

 

car jj.1.JPG

 

car jj.JPG

 

Herstal le 18.12.2013

 

car gillet.5.JPG

 

car gillet.JPG

 

car gillet.1.JPG

 

car gillet.2.JPG

 

car gillet.3.JPG

 

Herstal le 17.12.2013

 

 

 

ch d la mine.JPG

 

 

 

 

 

hotel.6.JPG

 

 

 

 

 

hotel.5.JPG

 

 

 

hotel.4.JPG

 

hotel.3.JPG

 

hotel.2.JPG

 

hotel.1.JPG

 

hotel.JPG

 

hotel.9.JPG

 

hotel.7.JPG

 

hotel.8.JPG

 

Herstal le 16.12.2013

 

 

 

car 16.12.3.JPGcar 16.12.JPG

 

car 16.12.4.JPG

 

car 16.12.5.JPG

 

car 16.12.6.JPG

 

car 16.12.7.JPG

 

car 16.12.8.JPG

 

Herstal le 15.12.2013

 

car 16.12.JPG

 

 

 

Herstal le 13.12.2013car 16.12..2.JPG

 

1200ème.JPG

 

Pour en savoir plus

 

http://www.herstal.be/

 

 

 

Herstal le 12.12.2013

 

car saro.1.JPG

 

car saro.4.JPG

 

car saro.2.JPG

 

4.JPG

 

car saro.JPG

 

Herstal le 11.12.2013

 

12.12.s.JPG

 

car liers.3.JPG

 

car liers.2.JPG

 

car liers.1.JPG

 

car liers.JPG

 

Herstal le 10.12.2013car voi.6.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

car voi.5.JPG

 

 

 

 

 

car voi.1.JPG

 

car voi.2.JPG

 

car voi.3.JPG

 

car voi.4.JPG

 

 

 

car 10.12.JPG

 

car 10.12.1.JPG

 

car 10.12.4.JPG

 

car 10.12.2.JPG

 

 

 

car 10.12.3.JPG

 

car 10.12.5.JPG

 

car 10.12.6.JPG

 

Hersta la 09.12.2013

 

car pre.JPG

 

car pre.2.JPG

 

 

 

car ecole.1.JPG

 

 

 

 

 

car ecole.JPG

 

car pre.3.JPG

 

 

 

 

 

car ch m.JPG

 

car pre.1.JPG

 

 

 

 

 

CAR ed.JPG

 

 

 

Herstal le 08.12.2013

 

 

 

CAR POSTAL.JPG

 

 

 

 

 

car pm.JPG

 

car pm.1.JPG

 

car pm.2.JPG

 

car pm.3.JPG

 

 

 

car l h.JPG

 

car bronwning.JPG

 

Patrimoine civil de la Ville de Herstal

 

CAR PEPIN.JPG

 

Cependant l’essor de cette famille fut un moment arrêté parce que Grimoald, un des fils de Pépin le Vieux et son successeur dans la charge de maire du palais d’Austrasie voulut aller trop vite. Il fit proclamer son fils roi d’Austrasie, après la mort du roi Sigebert III (656), mais comme cette usurpation était prématurée, les Austrasiens se révoltèrent, le saisirent ainsi que son fils, et les livrèrent à Clovis II, roi de Bourgogne et de Neustrie, qui les jeta dans une prison, où l’histoire les a oubliés. Pépin le Gros eut donc à réparer les fautes de son oncle Grimoald.

 

Les circonstances le servirent heureusement. L’extinction de la branche royale régnante en Austrasie devait faire rentrer ce royaume sous la domination de Thierry Ier, roi de Bourgogne et de Neustrie, mais les Austrasiens aimèrent mieux ne pas avoir de roi que de reconnaître un roi étranger, d’autant plus qu’ils redoutaient le féroce et avide. Ebroin, qui, en qualité de maire du palais de Neustrie, régnait réellement au nom de Thierry. Ils se donnèrent pour souverains deux ducs, dont l’un fut Pépin le Gros que recommandait la mémoire de son aïeul, Pépin le Vieux. Martel, l’autre duc, ayant été tué peu de temps après cette élection, il ne lui fut pas nommé de successeur, et Pépin le Gros demeura seul maître de l’Austrasie.

 

Ebroin avait attaqué les Austrasiens pour les soumettre au sceptre de Thierry, mais il fut assassiné au milieu de ses victoires (681), et le jeune roi de Neustrie et de Bourgogne resta chargé d’une guerre, qu’il était incapable de conduire. Pépin le Gros, adversaire redoutable sous tous les rapports, l’obligea bientôt à traiter et à recevoir les conditions qu’il lui convint d’imposer. Il se fit reconnaître duc souverain du royaume d’Austrasie, et nommer maire du palais de Neustrie et de Bourgogne ; c’est-à-dire qu’il régna de fait et de droit en Austrasie, et de fait seulement en Bourgogne et en Neustrie (686). Ainsi donc, pendant vingt-huit ans, sous les rois fainéants, Thierry III (mort en 691), Clovis IV (mort en 695), Childebert III (mort en 711) et Dagobert III ( mort en 715), Pépin, en cette double qualité de duc d’Austrasie et de maire du palais de Neustrie et de Bourgogne, gouverna despotiquement la France, que formait la réunion de ces trois royaumes.

 

Le souvenir de son oncle Grimoald, tout puissant sur un homme aussi prudent, l’empêcha de prendre le titre de roi : mais il ne s’abstint que du titre, car il exerçait tout le pouvoir royal, et se faisait rendre tous les honneurs royaux, sans laisser même à ceux dont il semblait seulement le ministre, la vaine consolation d’une cour brillante et des insignes de leur rang. Au reste, Pépin le Gros légitima son usurpation par la sagesse et la fermeté de son gouvernement, et ses talents militaires ainsi que ses qualités administratives le rendaient plus digne du trône que les descendants de Clovis, auxquels il permettait encore de s’y asseoir dans les occasions solennelles.

 

La puissance de Pépin le Gros ne semblait pas devoir lui survivre par suite des mesures mêmes qu’il avait prises pour la conserver dans sa famille. Cédant aux sollicitations de Plectrude, sa femme, il avait, avant de mourir, fait déclarer son petit-fils Théobald, maire du palais de Neustrie, au préjudice de son fils, Charles Martel, qu’il avait eu d’une concubine, la belle Alpaïde. Une femme et un enfant étaient peu propres à recueillir et à défendre un héritage, tout composé d’usurpations récentes et que tant d’envieux allaient attaquer ; aussi à peine Pépin avait-il fermé les yeux que des rébellions éclatèrent ; de toutes parts contre l’autorité qu’il avait léguée à Plectrude et à Théobald.

 

Les belles destinées de la dynastie carolingienne étaient encore une fois compromises, lorsque Charles Martel, échappé de la prison où le retenait sa belle-mère, vint les rétablir et les consolider. Pépin le Gros possédait, comme nous l’avons déjà dit, toutes les qualités qui firent la gloire et la force de ses descendants ; une grande dextérité dans les affaires, une prudence profonde dans les conseils, une valeur brillante sur les champs de bataille. Son règne ne fut ni sans éclat, ni sans utilité.

 

 

 

car historique2..JPG

 

car historique.1.JPG

 

car historique.JPG

 

 

 

Herstal le 07.12.2013

 

 

 

car berthe.JPG

 

 

 

 car berthe.1.JPG

 

Herstal le 06.12.2013

 

car 06.12.6.JPG

 

 

 

 

 

car 06.12.5.JPG

 

 

 

 

 

car 06.12.4.JPG

 

 

 

 

 

car 06.12.2.JPG

 

 

 

 

 

car 06.12.1.JPG

 

 

 

 car 06.12.JPG

 

Herstal le 05.12.2013

 

car vottem1.JPG

 

 

 

 

 

car vottem.JPG

 

 

 

 

 

car ES.JPG

 

 

 

Herstal le 04.12.2013

 

 

 

car ch BV.JPG

 

 

 

 

 

car CD.JPG

 

car ff1.JPG

 

car ff2.JPG

 

 

 

 

 

car ZG.JPG

 

car HF.JPG

 

 

 

Herstal le 03.11.2013

 

car pl l.1.JPG

 

 

 

Herstal le 02.12.2013 

 

 

 

car st nicolas.5.JPG

 

 

 

 

 

car st nicolas..gif

 

 

 

j -3

 

car 02.12.3.JPG

 

 

 

 

 

car 02.12.2.JPG

 

 

 

 

 

car 02.12.1.JPG

 

 

 

car 02.12.JPG

 

car 02.11.2.JPG

 

car 02.11.3.JPG

 

car 02.11.1.JPG

 

 

 

 car 12.11.6.JPGcar 02.11.JPG

 

car 12.11.7.JPG

 

car 12.11.8.JPG

 

car 12.11.9.JPG

 

 

 

Herstal le 01.12.2013

 

 

 

car CL.JPG

 

car 30.11.5.JPG

 

 

 

 

 

car 30.11.4.JPG

 

 

 

 

 

car 30.11.JPG

 

car 30.11.1.JPG

 

car 30.11.2.JPG

 

car 30.11.3.JPG

 

car 30.11.6.JPG

 

 

 

Herstal le 30.11.2013

 

 

 

car ND.JPG

 

car ND1.JPG

 

 

 

 

 

car 12.11.5.JPG

 

 

 

 

 

car 12.11.4.JPG

 

 

 

 

 

car ch m.JPG

 

 

 

Herstal le 29.11.2013

 

 

 

car hd.JPG

 

car hd1.JPG

 

 

 

 

 

car pl h a1.JPG

 

car pl h a.JPG

 

 

 

Herstal le 28.11.2013

 

car E T.JPG

 

car sl.JPG

 

car sl2.JPGcar sl3.JPG

 

car sl4.JPG

 

car sl5.JPG

 

car sl6.JPG

 

 

 

 

 

Herstal le 27.11.2013

 

HUMOUR

 

car st N1.JPG

 

 

 

 

 

Herstal le 26.11.2013

 

 

 

car P JANSON.JPG

 

 

 

car rue des m.JPG

 

car rue des m1.JPG 

 

car césar.JPG

 

 

 

 

 

car alfred.JPG

 

car notre D.JPG

 

car notre D1.JPG

 

car noel.JPG

 

car noel.1.JPG

 

Herstal le 25.1.2013

 

car rhées.JPG

 

12ème.JPG

 

car rhées1.JPG

 

Médecins de la Grande Guerre

 

La bataille de Rhées - 5 août 1914

 

 

 

Pour en savoir plus

 

 

 

http://www.1914-1918.be/album.php?Album=photos2/bataille_...

 

 

 

 

 

Herstal le 24.11.2013

 

car v ciel4.JPG

 

car v ciel3.JPG

 

car v ciel2.JPG

 

car v ciel1.JPG

 

car v ciel.JPG

 

Herstal le 22.11.2013

 

8000.0.gif

 

Herstal le 21.11.2013

 

 

 

car 21.11.5.JPG

 

 

 

 

 

car 21.11.3.JPG

 

 

 

 

 

car 21.11.2.JPG

 

 

 

 

 

car 21.11.1.JPG

 

 

 

 

 

car 20.11.4.JPG

 

 

 

car 21.11.JPG

 

1é bourgmestre H.JPG

 

 

 

 

 

Dans un autre blog j’ai fait l’historique de la Révolution liégeoise (Binamêye revolucion) à partir de l’itinéraire d’une figure marquante, l’armurier Gosuin, un capitaliste révolutionnaire qui sacrifie tout pour renverser l’Ancien régime. Lors de la Restauration il voit sa maison bombardé par les troupes autrichiennes et sa fortune expropriée. Gosuin, un grand leader de la révolution liégeoise, était aussi le premier bourgmestre de Herstal. Les Herstaliens avaient même pris les ‘Cittains’ de court en démolissant la nuit avant la prise de la Violette la maison du Receveur des domaines du Prince. Herstal a aussi sa contre-révolution : les partisans de Hoensbroeck à Herstal demandent aux Compagnies Bourgeoises de prendre les armes. Mais confrontés à la situation révolutionnaire à Liège ils laissent vite tomber.

 

 

 

Wikipedia reprend Jean-Michel Courard comme premier maire ‘au sens moderne du terme’. On peut se demander ce que Wiki comprend sous ce terme ‘sens moderne’. Courard a été bourgmestre de 1802 à 1829. Est-on rentré dans la modernité en 1802 ? Qu’y a-t-il eu en 1802 ? Le sacre de Napoléon comme sacré empereur des Français ? Mais Napoléon était au pouvoir depuis 1799. Napoléon Bonaparte à légalisé l'esclavage en 1802 : ce n’est pas spécialement une entrée dans la modernité.

 

 

 

Pourquoi ne pas commencer en 1789, quand la révolution liégeoise a mis fin à l’Ancien Régime? Ceci dit, je veux quand même relativiser le titre de’ premier bourgmestre de Herstal’. Gosuin avait été élu ‘Mambour’. Nous verrons plus loin l’ambiguité de ce titre. Et il avait trop d’autres chats à fouetter pour être très présent à Herstal.

 

 

 

Pour en savoir plus

 

http://hachhachhh.blogspot.be/2013/11/larmurier-gosuin-pr...

 


 

 

 

 

Herstal le 19.11.2013

 

 

 

car cime2.JPG

 

 

 

CAR PL L0.gif

 

CAR PLL9.gif

 

car cime.JPG

 

car cime1.JPG

 

Herstal le 18.11.2013

 

 

 

car l'effondrement.JPG

 

Armand Rasquinet  alors la je m'en souviens c'était le 1er avril 1999, je suis arrivé sur place que les arbres balançaient toujours. L'effondrement c'est fait juste à l'arrière d'un véhicule d'un collègue qui passait par là. Inoubliable, heureusement personne physiquement n' a été touché.

 

 

 

car vue de haut.JPG

 

Herstal le 17.11.2013

 

car camarone.JPG

 

 

 

car passage n.JPG

 

car amitié.JPG

 

 

 

car musee.JPG

 

HERSTAL - Hébergé dans une demeure bourgeoise classée au patrimoine wallon, le musée présente une collection d’objets et d’œuvres illustrant le passé de Herstal, cité du fer et du charbon mondialement reconnue.

 

Héritage du XVIIe siècle, la maison

 

Lovinfosse se situe place Licourt, aux côtés d’autres édifices historiques. Plus qu’un décor, cette demeure édifiée en 1664 constitue une véritable pièce de l’exposition permanente. Restée aux mains des descendants d’une même famille, elle a été classée entièrement dès 1932, ce qui a permis de conserver les éléments architecturaux caractéristiques des constructions mosanes. L’aménagement intérieur traduit l’aisance et la recherche de confort : parquets de chêne, cheminées décorées de faïences de Coronmeuse, vitraux cerclés de plomb et larges dalles en pierre bleue de Dinant.

 

Depuis 1972, la maison abrite plus de 11 000 objets racontant l’histoire de la cité du fer et du charbon depuis ses origines

 

préhistoriques. Une place est faite aux Pépinides, dynastie dont est issu Charlemagne, qui ont fait de Herstal un centre politique de premier ordre à l’origine de l’empire carolingien. Herstal, c’est aussi la cité du fer et du charbon, illustrée au musée, notamment les métiers et savoir-faire d’autrefois : mineurs, quincailliers, forgerons, fondeurs, armuriers, graveurs, horlogers. Parmi les plus belles pièces du musée figurent «Les demoiselles de Herstal» : les motos issues des ateliers de mécanique FN, Saroléa, Gillet et Brondoit…

 

 

 

Herstal le 16.11.2013

 

car brond.JPG

 

car mc20.gif

 

car mc21.gif

 

avis R.JPG 

 

car velo.7.JPG

 

car velo.JPG

 

car velo.4.JPG

 

car velo.5.JPG

 

car velo.6.JPG

 

car velo.1.JPG

 

car velo.2.JPG

 

car velo.3.JPG

 

Herstal le 15.11.2013

 

CAR RH.1.JPG

 

 

 

 

 

car R heintz.JPG

 

 

 

 

 

car 12.11.15.JPG

 

 

 

Belles cartes postales

 

 

 

car b b.4.JPG

 

 

 

 

 

car b b.3.JPG

 

 

 

 

 

car b b.2.JPG

 

 

 

 

 

car b b.1.JPG

 

 

 

 

 

car b b.JPG

 

 

 

car comm.JPG

 

Herstal le 14.11.2013

 

 

 

car noel...JPG

 

 

 

 

 

car cw.JPG

 

car cw.1.JPG

 

 

 

Herstal le 13.11.2013

 

 

 

car 11.11.1.JPG

 

 

 

car 12.11.13.JPG

 

car 12.11.12.JPG

 

car 12.11.11.JPG

 

car 12.11.10.JPG

 

car 11.11.2.JPG

 

car 11.11.1.JPG

 

 

 

Herstal le 11.11.2013

 

b s.JPG

 

car 12.11.JPG

 

car 12.11.0.JPG

 

car 12.11.1.JPG

 

car 12.11.2.JPG

 

car 12.11.3.JPG

 

comm.JPG

 

Herstal le 10.11.2013

 

car triangle2.JPG

 

car triangle3.JPG

 

car triangle.JPG

 

car triangle1.JPG

 

 

 

B WE.1.JPG

 

Herstal le 08.11.2013

 

CAR P M.JPG

 

car B DE C.JPG

 

 

 

car ml1.JPG

 

car ml2.JPG

 

Herstal le 07.11.2013

 

 

 

car hayeneux.JPG

 

 

 

car 4coins.JPG

 

car 4coin1.JPG

 

Herstal le 06.11.2013

 

car 3motos.JPG

 

Herstal le 05.11.2013

 

Superbes affiches F.N.

 

 

 

car fn9.jpg

 

 

 

 

 

car fn8.jpg

 

 

 

 

 

car fn7.jpg

 

 

 

 

 

car fn6.jpg

 

 

 

 

 

car fn5.jpg

 

 

 

 

 

car fn4.jpg

 

 

 

 

 

car fn3.jpg

 

 

 

 

 

car fn2.jpg

 

 

 

 

 

car fn.JPG

 

car fn1.JPG

 

 

 

car g de liers.JPG

 

 

 

car hs.1.JPG

 

 

 

car gp.JPG

 

car gp1.JPG

 

Coup de Coeur:

 

Superbes cartes postales

 

car gp2.JPG

 

car gp3.JPG

 

car gp4.JPG

 

 

 

Herstal le 04.11.2013

 

 

 

car GM1.JPG

 

car GM5.JPG

 

CAR gm2.JPG

 

car GM3.JPG

 

 

 

 

 

car GM.JPG

 

 

 

 

 

car l 34.JPG

 

car l 34.1.JPG

 

 

 

car notre d.JPG

 

car expo.JPG

 

 

 

car p w.JPG

 

car pw1.JPG

 

Herstal le 03.11.2013

 

Un peu d'Histoire

 

bio st hub.JPG

 

Coup de Coeur:

 

Superbes cartes postales

 

 car cram.JPG

 

car cram1.JPG

 

 

 

car marexhe.JPGcar lili.JPG

 

Herstal le 02.11.2013

 

 

 

car boussoule.JPGcar pl CL.JPG

 

car der la ch.JPG

 

car m du j.JPG

 

 

 

Herstal le 01.11.2013

 

CAR FP1.JPG

 

car fp2.JPG

 

CAR FP.JPG

 

CAR 29.JPG

 

CAR 29.5.JPG

 

CAR 29.1.JPG

 

CAR 29.2.JPG

 

CAR 29.3.JPG

 

CAR 29.4.JPG

 

CAR 29.6.JPG

 

CAR 29.7.JPG

 

H 6000.8.gif

 

carte 29.10.JPG

 

cat gallopant.JPG

 

liers.JPG

 

liers1.JPG

 

car gillet.JPG

 

ph esp.JPG

 

herstal à l2.gif

 

https://www.facebook.com/HerstalALancienne#!/HerstalALancienne

 

ph esp1.JPG

 

ph licour1.JPG

 

ph licour.JPG

 

ph licour2.JPG

 

ph licour3.JPG

 

ph p w.JPG

 

ph p w1.JPG

 

ph p w2.JPG

 

ph p w3.JPG

 

ph malou.JPG

 

ph ch r.JPG

 

ph ch r2.JPG

 

ph ch r..JPG

 

ph ch milmoert1.JPG

 

ph ch milmort.JPG

 

ph elisa d.JPG

 

ph elisa d1.JPG

 

ph rue st9.JPG

 

ph rue st8.JPG

 

ph rue st7.JPG

 

ph rue st6.JPG

 

ph rue st5.JPG

 

ph rue st4.JPG

 

ph rue st3.JPG

 

ph rue st2.JPG

 

ph rue st1.JPG

 

ph rue st.JPG

 

TRAVAUX MAREXHE.JPG

 

ligne 5.JPG

 

5.her.2.JPG

 

5.her..JPGCPL.JPG

 

coropn1.gif

 

coron5.JPG

 

car pl c.JPG

 

coron2.JPGcoron3.JPG

 

coron4.JPG

 

coron6.JPG

 

1.CO5.JPG

 

1.CP.JPG

 

1.CP1.JPG

 

1.CP2.JPG

 

1.CP3.JPG

 

1.CP4.JPG

 

1.CP6.JPG

 

1.CP9.JPG

 

1.CP7.JPG

 

1.CP8.JPG

 

1.CP10.JPG

 

1.CP11.JPG

 

1.CP12.JPG

 

1.CP13.JPG

 

1.CP14.JPG

 

1.CP15.JPG

 

CP LICOUR.JPG

 

 

 

CP LICOUR1.JPG

 

CP LICOUR2.JPG

 

CP LICOUR3.JPG

 

CP LICOUR4.JPG

 

CP LICOUR5.JPG

 

CP LICOUR6.JPG

 

CP LICOUR7.JPG

 

CP PORT.JPG

 

cp port2.JPG

 

cp port3.JPG

 

lampe.JPG

 

lampe1.JPG

 

lampe2.JPG

 

lampe3.JPG

 

lampe4.JPG

 

photo fn 5.JPG

 

photo fn.JPG

 

photo fn1.JPG

 

photo fn2.JPG

 

photo fn3.JPG

 

photo fn4.JPG

 

CP CHA L.JPG

 

CP CH L1.JPG

 

CP MUS.JPG

 

CP MUS1.JPG

 

CP MUS2.JPG

 

CP MUS3.JPG

 

CP MUS4.JPG

 

CP EGLISE V.JPG

 

cpplic.JPG

 

CP. JJ.JPGCP. JJ1.JPG

 

CP. JJ2.JPG

 

 

 

CP PM.JPG

 

CP PM1.JPG

 

CP PM2.JPG

 

CP PM3.JPG

 

CP PM4.JPG

 

CP PM5.JPG

 

CP PM6.JPG

 

CP PM7.JPG

 

CP PM8.JPG

 

CP ED.JPG

 

CP ED1.JPG

 

CP ED2.JPG

 

OREMUS1.JPG

 

OREMUS2.JPG

 

OREMUS.JPG

 

OREMUS3.JPG

 

JL AFF.JPG

 

JL 1.JPG

 

JL 2.JPG

 

JL 4.JPG

 

 timbre her1.JPG

 

timbre her.JPG

 

BUS FN2.JPG

 

timbre her4.JPG

 

timbre her5.JPG

 

timbre her2.JPG

 

timbre her3.JPG

 

BUS FN.JPG

 

BUS FN1.JPG

 

BUS FN3.JPG

 

BUS FN4.JPG

 

BUS FN5.JPG

 

FN PARIS1.JPG

 

FN PARIS.JPG

 

sou souvenir.gif

 

DKW.JPG

 

 

 

GN.JPG

 

Au nord, c'étaient les corons
La terre c'était le charbon
Le ciel c'était l'horizon
Les hommes des mineurs de fond

Nos fenêtres donnaient sur des fenêtres semblables
Et la pluie mouillait mon cartable
Et mon père en rentrant avait les yeux si bleus
Que je croyais voir le ciel bleu
J'apprenais mes leçons, la joue contre son bras
Je crois qu'il était fier de moi
Il était généreux comme ceux du pays
Et je lui dois ce que je suis

 

GN1.jpg

GN2.jpg

GN3.JPG

GN9.JPG

GN10.JPG

GN15.JPG

GN14.JPG

GN12.JPG

GN13.JPG

GN11.JPG

GN8.JPG

GN7.JPG

GN6.JPG

GN5.JPG

GN4.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Le 12 mai pensez-y

 

mere.2.JPG

 

FN.JPG

 

FN.1.JPG

 

FN.2.JPG

 

FN.3.JPG

 

FN.4.JPG

 

FN.6.JPG

 

FN.4.JPG

 

FN.5.JPG

 

FN.6.JPG

 

FN.7.JPG

 

FN.8.JPG

 

CP VUE2.JPG

 

CP VUE1.JPG

 

CP VUE.JPG

 

Bientôt la Fête des Mamans le 12 mai

 

F MERE.JPG

 

photo BARAQUES1.JPG

 

photos BARAQUES.JPG

 

CP VOTEM.JPG

 

500.7.gif

 

PATAR3.JPG

 

PATAR2.JPG

 

PATAR4.JPG

 

PATAR5.JPG

 

PATAR6.JPG

 

CP JJ.JPG

 

CP BERNALMONT.JPG

 

CPMOUL.JPG

 

CP MILSAUCI3.JPG

 

CP MALSAUCI5.JPG

 

CP MILSAUCI.JPG

 

CP MILSAUCI2.JPG

 

 

 

CP MILSAUCI4.JPG

 

CP MISAUCI1.JPG

 

.RLD.JPG

 

.RLD1.JPG

 

.RLD2.JPG

 

.RLD3.JPG

 

CPMOUL1.JPG

 

 

 

MOULIN.JPGCPMOUL2.JPG

 

CPMOUL3.JPG

 

CPMOUL4.JPG

 

CPMOUL5.JPG

 

BJ BS1.JPG

 

CP MARDI.JPG

 

4000..gif

 

.0.HER3.gif

 

1mai1.JPG

 

1mai.JPGBJH.JPG

 

 

 

1V FN.JPG

 

La première voiture construite par la F. N. (Fabrique Nationale de Herstal, en Belgique) fut réalisée par un Italien, DE COSMO, qui s'était fixé à Liège après un long périple. Homme très original, DE COSMO n'avait que dix-huit ans (en 1881) lorsqu'il quitta l'Italie pour chercher fortune en Égypte, où il fit ses débuts dans une usine de construction de locomotives. De retour en Italie, il y travailla dans un chantier de construction de torpilleurs, puis à l'Arsenal de Marine de Naples. Installé en France, après 1890, il y occupa plusieurs emplois, d'abord dans la construction maritime et enfin dans l'automobile. En 1894, on le retrouvait metteur au point des voitures Delahaye qui devaient disputer la course Paris-Marseille. Mais DE COSMO éprouvait souvent le besoin de changer d'horizons, aussi alla-t-il se mettre au service de la firme d'automobiles Singer, en Angleterre. Mais, atteint d'une irrémédiable bougeotte, il vint en Belgique occuper un poste important au département automobile de la Fabrique de Herstal, près de Liège. DE COSMO réalisa le premier véhicule de la firme : une triplace nettement inspirée de la technique cycliste. Cet engin était équipé d'un moteur 2 cylindres placé à l'avant sous un petit capot et fournissait 3 C.V. 1/2. La transmission s'effectuait par courroie et chaînes. Légère d'allure (et de poids), cette curieuse machine eut la vedette à l'exposition qui se tint en mars 1899 à la Salle Royale de la Renommée à Liège. La même année DE COSMO participa à la mise au point de la mémorable 100 C.V. commandée par le coureur Camille, Jenatzy en vue de la course Paris-Berlin, puis il poursuivit l'étude de la voiture F. N. de 1900 nettement inspirée de sa première machine. En 1900 la F. N. s'orientait de plus en plus vers l'industrie. de la motocyclette, très en vogue à cette époque, et DE COSMO aida donc au démarrage de la construction des premières motos F. N. Mais, en 1903, ayant recueilli des fonds pour ouvrir sa propre usine, il commençait, à Liège, la fabrication de grosses voitures

 

chateau p.JPG

 

chateau p1.JPG

 

demoi her.JPG

 

DEMOI HER2.JPG

 

DEMOI HER3.JPG

 

DEMOI HER1.JPG

 

DEMOI HER4.JPG

 

BJ HERSTAL.JPG

 

terril.JPG

 

RLD6.JPG

 

RLD5.JPG

 

RLD2.JPG

 

RLD1.JPG

 

RLD3.JPG

 

RLD4.JPG

 

QF.JPG

 

St Barbe.JPG

 

B F M.JPG

 

la prealle.JPG

 

cp kiosque licour.JPG

 

cp des mineurs1.JPG

 

cp des mineurs.JPG

 

CP CONR.JPG

 

 

 

CP LIERS.JPG

 

CHMI.JPG

 

CHMI1.JPG

 

CHMI2.JPG

 

CHMI3.JPG

 

CHMI4.JPG

 

CHMI5.JPG

 

CHMI6.JPG

 

CHMI8.JPG

 

CHMI14.JPG

 

CHMI9.JPG

 

CHMI10.JPG

 

CHMI11.JPG

 

ecole du centre.JPG

 

AV W1.JPG

 

AV W.JPG

 

AV W2.JPG

 

AV W3.JPG

 

CP PO WAN.JPG

 

AV W4.JPG

 

CP PO WAN1.JPG

 

CP PO WAN2.JPG

 

CP PO WAN3.JPG

 

000000.JPG

 

3700.JPG

 

.0..JPG

 

CP B MOUCHE.JPG

 

CP B MOUCHE1.JPG

 

CP B MOUCHE2.JPG

 

CP FON1.JPG

 

CP FON2.JPG

 

CP FOND.JPG

 

HUB COL.JPG 

 

fact.JPG

 

https://www.facebook.com/hubert.beerts

 

country.animations@skynet.be

 

1954.JPG

 

Un grand merci à Vally et à Lisette

 

pour cette photo.... que du bonheur!!!!

 

1.h11.JPG

 

rue verte.jpg

 

coluche11.JPG

 

CP P DE WANDRE1.JPG

 

CP P DE WANDRE.JPGCP P DE WANDRE2.JPG

 

 

 

pom her8.JPG

 

ponp.JPG

 

pom her.JPG

 

pom her1.JPG

 

pom her2.JPG

 

pom her3.JPG

 

pom her4.JPG

 

pom her5.JPG

 

pom her6.JPG

 

pom her7.JPG

 

ponp1.JPG

 

ponp2.JPG

 

ponp4.JPG

 

ponp8.JPG

 

ponp9.JPG

 

ponp10.JPG

 

ponp11.JPG

 

ponp12.JPG

 

ponp13.JPG

 

0.marexhe4.JPG

 

0.marexhe.JPG

 

doyar4.JPG

 

doyar1.JPG

 

doyar2.JPG

 

doyar3.JPG

 

doyard.JPG

 

gare10.gif

 

 

 

hiver12.JPG 

 

licour7.JPG

 

licour.JPG

 

licour1.JPG

 

licour2.JPG

 

licour4.JPG

 

licour5.JPG

 

licour6.JPG

 

murier.JPG

 

0.4.JPG

 

0.2.JPG

 

0.3.JPG

 

0.5.JPG

 

0.6.JPG

 

0.7.JPG

 

0.8.JPG

 

0.9.JPG

 

0.10.JPG

 

0.11.JPG

 

0.12.JPG

 

0.13.JPG

 

0.14.JPG

 

0.15.JPG

 

0.16.JPG

 

0.17.JPG

 

mill.JPG

 

mill1.JPG

 

mill2.JPG

 

match.JPG

 

mmcc3.JPG

 

mmcc2.JPG

 

mmcc1.JPG

 

Une erreur c’est probablement glissée dans un de vos commentaire sur le wagon torpille
Ce n’est pas pour le transport de l’acier !!
Mais pour le transport de la fonte de la fonderie de Seraing, pour la fabrication de l’acier sur le site de chertal.
Pour info
C’est à cause de cet Wagon torpille qui ne tenait pas correctement la fonte chaude qu’il y avait de gros nuage noir et rouge dans le ciel a Vivegnis du a l’enfournement de la fonte trop froide.
Bien a vous

 

Écrit par : Jean | 11/11/2013

 

mmcc.JPG

 

ba.JPG

 

ipes cp.JPG

 

HPONP1.JPG

 

HPONP.JPG

 

ECUS2.JPG

 

ECUS.JPG

 

ECUS1.JPG

 

ECUS3.JPG

 

bois g.JPG

 

..0.FN1.JPG

 

M SAR.JPG

 

M SAR5.JPG

 

M SAR1.JPG

 

M SAR2.JPG

 

M SAR4.JPG

 

M SAR3.JPG

 

..0.FN.JPG

 

.00...JPG

 

.00...JPG

 

.00...JPG

 

.00...JPG

 

.0.AV.JPG

 

.0.AV1.JPG

 

.0.AV2.JPG

 

.0.AV3.JPG

 

.0.AV4.JPG

 

.0.AV5.JPG

 

.0.AV6.JPG

 

MIL.JPG

 

MIL1.JPG

 

MIL2.JPG

 

FN HER.JPG

 

la ruche.JPG    

 

 * Herstal en cartes postales et en photos de hier et     d'aujourd'hui

* Les Demoiselles de Herstal

* Les vieilles voitures FN

 

* Le Perropn de Vottem 

 

* Vieilles cartes de Voeux 

* Film de Jacques Brel le Far West 1972

  Tourné à la Petite Bacnure la Préalle Herstal 

 * Calendrier 2013 Herstal 

 

 

 

hers.JPG 

FN V3.JPG

 

 

FN V1.JPG

 

 

 

FN V.JPG

FN V2.JPG

 

 

cha h11.JPG

cha h 12.JPG

 

cha h10.JPG

 

cha h13.JPG

 

 

cha h8.JPG

 

cha h9.JPG 

 

cha h5.JPG

cha h7.JPG

cha h6.JPG

 

 

 

cha h4.JPG 

cha h.JPG

 

cha h1.JPG 

 

cha h2.JPG

 

cha h3.JPG

0.CP12.JPG

 

0.CP8.JPG

 

 0.CP9.JPG

 

0.CP10.JPG

 

0.CP.JPG

 

0.CP1.JPG

 

0.CP2.JPG

 

 

 

 

 

CH R12.JPG

 

CH R.JPG

 

CH R1.JPG

 

CH R2.JPG

 

CH R5.JPG

 

CHR4.JPG

 

CH R7.JPG

 

CH R9.JPG

 

CH R33.JPG

 

CH R11.JPG

 

 

 

.0...JPG

 

 

 

 

 

.0..JPG

 

 

 

 

 

VM.JPG

 

V.M17.JPG

 

V.M18.JPG

 

V.M19.JPG

 

V.M20.JPG

 

V.M13.JPG

 

V.M15.JPG

 

V.M16.JPG

 

V.M21.JPG

 

V.M22.JPG

 

V.M23.JPG

 

V.M24.JPG

 

V.M8.JPG

 

V.M9.JPG

 

V.M10.JPG

 

V.M11.JPG

 

V.M12.JPG

 

V.M.JPG

 

V.M1.JPG

 

V.M2.JPG

 

V.M3.JPG

 

V.M4.JPG

 

V.M5.JPG

 

V.M6.JPG

 

V.M7.JPG

 

VM5.JPG

 

VM7.JPG

 

VM6.JPG

 

VM1.JPG

 

VM2.JPG

 

VM3.JPG

 

VM4.JPG

 

VM9.JPG

 

VM8.JPG

 

VM10.JPG

 

VM11.JPG

 

VM12.JPG

 

VM13.JPG

 

VM14.JPG

 

 

 

 

 

 

 

HH14.JPG

 

 

 

 

 

HH13.JPG

 

 

 

 

 

HH12.JPG

 

 

 

 

 

HH11.JPG

 

 

 

 

 

HH10.JPG

 

 

 

 

 

HH9.JPG

 

 

 

 

 

HH8.JPG

 

 

 

 

 

HH7.JPG

 

 

 

HH6.JPG

 

 

 

HH5.JPG

 

 

 

 

 

HH4.JPG

 

 

 

 

 

HH3.JPG

 

 

 

 

 

HH2.JPG

 

 

 

 

 

HH.JPG

 

HH1.JPG

 

 

 

 

 

1.h10.JPG

 

 

 

 

 

1.h9.JPG

 

 

 

 

 

1.h8.JPG

 

 

 

 

 

1.h7.JPG

 

 

 

 

 

1.h6.JPG

 

 

 

 

 

1.h5.JPG

 

 

 

 

 

1.h4.JPG

 

 

 

 

 

1.h3.JPG

 

 

 

 

 

1.h2.JPG

 

 

 

 

 

1.h1.JPG

 

 

 

 

 

H PONT6.JPG

 

 

 

 

 

H PONT5.JPG

 

 

 

 

 

H PONT4.JPG

 

 

 

 

 

H PONT3.JPG

 

 

 

 

 

H PONT1.JPG

 

 

 

 

 

H PONT.JPG

 

 

 

 

 

pont h4.JPG

 

 

 

 

 

pont h3.JPG

 

 

 

 

 

pont h2.JPG

 

 

 

 

 

pont h1.JPG

 

 

 

 

 

hps.JPG

 

 

 

 

 

cpp15.gif

 

cpp16.gif

 

char.JPG

 

char1.JPG

 

char2.JPG

 

char3.JPG

 

char4.JPG

 

char5.JPG

 

HNO.JPG

 

HNC1.JPG

 

HNC2.JPG

 

HNC3.JPG

 

HNC6.JPG

 

HNC8.JPGHNC9.JPG

 

 

 

abri2.JPG

 

abri4.JPG

 

abri.JPG

 

abri1.JPG

 

abri3.JPG

 

abri6.JPG

 

pont.12.JPG

 

pont.11.JPG

 

pont.10.JPG

 

pont.9.JPG

 

pont.8.JPG

 

pont.7.JPG

 

pont.6.JPG

 

pont.5.JPG

 

pont.4.JPG

 

pont.3.JPG

 

pont.2.JPG

 

pont.1.JPG

 

PONT6.JPG

 

PONT11.JPG

 

PONT8.JPG

 

PONT12.JPG

 

PONT13.JPG

 

PONT14.JPG

 

PONT16.JPG

 

PONT7.JPG

 

pont5.JPG

 

pont4.JPG

 

pont3.JPG

 

pont2.JPG

 

pont1.JPG

 

cph11.JPG

 

cph13.JPG

 

cph14.JPG

 

 

 

cph12.JPG

 

cph11.PNG

 

cph10.JPG

 

cpf10.PNG

 

CPH6.JPG

 

cph7.PNG

 

cph8.PNG

 

cph9.PNG

 

cph11.PNG

 

CPH1.PNG

 

CPH.PNG 

 

CPH2.PNG

 

CPH3.JPG

 

CPH4.JPG

 

CPH5.JPG

 

cpp.JPG

 

cpp1.JPG

 

cpp2.JPG

 

BK5.JPG

 

BK6.JPG

 

BK.JPG

 

BK1.JPG

 

BK3.JPG

 

 

 

mhers17.JPG

 

 

 

 

 

MHERS16.JPG

 

 

 

 

 

mhers10..JPGmhers12.JPG

 

mhers13.JPG

 

mhers14.JPG

 

mhers15.JPG

 

mhers11.JPG

 

mhers.JPG 

 

mhers2.JPGmhers4.JPG

 

mhers5.JPGmhers6.JPG

 

mhers8.JPG

 

 

 

 

 

M HER.JPG

 

 

 

M HER12.JPG

 

 

 

m her2.JPG

 

 

 

m her3.JPG

 

 

 

m her4.JPG

 

 

 

m her5.JPG

 

 

 

m her6.JPG

 

 

 

m her7.JPG

 

 

 

m her8.JPG

 

 

 

m her9.JPG

 

 

 

m her10.JPG

 

 

 

m her11.JPG

 

 

 

m her1.JPG

 

 

 

 

 

herts12.JPG

 

laprealle10.jpg 

 

 laprealle58.JPG

 

 

 

laprealle59.JPG

 

laprealle60.JPG

 

laprealle61.JPG

 

 

 

MCH.gif

 

Place Emile Vandervelle

 

 

 

bour.JPGLAPREALLE.1.gif

 

 laprealle ruche.jpg

 

 

 

Vue de la première Maison du Peuple "La Ruche".

 

 

 

Situé place Communale à Herstal.

 

 

 

Pris en location par le Parti ouvrier belge (POB) de Herstal,

 

 

 

en 1896, cet immeuble, appartenant à la famille Cartier.

 

 

 

Fut inaugurée en 1897.

 

 

 

Le 5 juin 1910 pour la somme de 20.000 francs , la section du Parti ouvrier belge de Herstal devint propriétaire de l’immeuble

 

laprealle ruche1.jpg

 

Avant 1914, “La Ruche” avec sa nouvelle façade.

 

HER28.JPG

 

laprealle ruche2.jpg

 

laprealle ruche3.gif

 

Place Emile Vandervelle

 

LAPREALLE.1.gif

 

HER21.JPG

 

Rue Henri Nottet la Préalle

 

 herts13.JPG

 

hers20.JPGCP5.JPG

 

Rue Haute Préalle

 

lap6.JPG

 

Bois Gilles

 

laprealle72.JPG

 

Charbonnage de la Petite Bacnure

 

 

 

p bac.JPG

 

Les grèves de mineurs dans le bassin de Liège qui viennent de surgir sont d'inspiration communiste. A l'exemple des grévistes français ils occupent le lieu de travail. Un groupe de grévistes occupant le "carreau" au charbonnage de la petite Bacnure :

 

La Préalle - Herstal 11 juin 1936.

 

 

 

p bac1.JPG

 

 

 

hers6.JPG

 

laprealle64.JPG

 

pre.gif

 

la prealle41.jpg

 

pre1.gif

 

laprealle66.JPG

 

laprealle65.JPG

 

laprealle67.JPG

 

laprealle68.JPG

 

laprealle69.JPG

 

HER.JPG

 

hers10.JPG

 

Rue de la Station

 

laprealle70.JPG

 

laprealle71.JPG

 

 

 

HER20.JPG

 

hers1.JPG

 

hers14.JPG

 

CP2.JPG

 

HER5.JPG

 

herts7.JPG

 

CP3.JPG

 

CP4.JPG

 

 

 

CP6.JPG

 

 

 

lap1.JPG

 

HER1.JPG

 

 

 

hers7.JPGhers22.JPG

 

herts15.JPG

 

HER12.JPG

 

HER24.JPG

 

 HER23.JPG

 

HER7.JPGlap2.JPG

 

HER14.JPG

 

hers19.JPG

 

hers23.JPG

 

lap4.JPG

 

lap5.JPG

 

hers6.JPG

 

lap7.JPG

 

herts1.JPG

 

herts6.JPG

 

HER10.JPG

 

HER11.JPG

 

lap8.JPG

 

lap9.JPG

 

lap10.JPG

 

hers15.JPG

 

lap11.JPG

 

lap12.JPG

 

herts3.JPG

 

lap14.JPG

 

lap16.JPG

 

 hers7.JPG

 

hers18.JPG

 

hers27.JPG

 

her31.JPG

 

HER25.JPG

 

HER27.JPG

 

lap19.JPG

 

hers9.JPG

 

hers4.JPG

 

hers3.JPG

 

hers17.JPGhers5.JPG

 

lap20.JPG

 

her32.JPG

 

lap22.JPG

 

HER9.JPG

 

lap21.JPG

 

lap25.JPG

 

hers26.JPG

 

hers11.JPG

 

lap23.JPG

 

herts2.JPG

 

hers16.JPG

 

hers19.JPG

 

her30.JPG

 

lap24.JPG

 

CHA.JPG

 

herts14.JPG

 

musee de h.JPG

 

HER26.JPGlap26.JPG

 

HER7.JPG

 

hers8.JPG

 

hers5.JPG

 

HER13.JPG

 

HER19.JPG

 

 

 

HER15.JPG

 

HER17.JPG

 

HER19.JPG

 

HER20.JPG

 

hers3.JPG

 

lap27.JPG

 

HER6.JPGHER4.JPG

 

her29.JPG

 

 

 

photo herstal4.jpg

 

 

 

HER12.JPG

 

HER6.JPG

 

HER2.JPG

 

HER4.JPG

 

hers12.JPG

 

HER8.JPG

 

HER24.JPG

 

herts4.JPG

 

herts11.JPG

 

HER13.JPG

 

hers17.JPG

 

hers24.JPGHER21.JPG

 

MILMORT.jpg

 

HER M.JPG

 

HER22.JPG

 

HER23.JPG

 

herts.JPG

 

herts1.JPG

 

herts5.JPG

 

herts9.JPG

 

 

 

HER9.JPG

 

herst14.JPG

 

hers16.JPG

 

hers25.JPG

 

hers4.JPG

 

herts10.JPG

 

HER8.JPGhers vottem.JPG

 

herst vottem1.JPG 

 

HER V.JPG

 

HER V1.JPG

 

HER V2.JPG

 

 

 

HER1.JPG

 

HER3.JPG

 

hers20.JPG

 

HER22.JPG

 

HER10.JPG

 

HER11.JPG

 

HER14.JPG

 

hers13.JPG

 

HER16.JPG

 

HER18.JPG

 

 

 

hers10.JPG

 

hers21.JPG 

 

hers3.JPG

 

HERS4.JPG

 

Actuelle ferme Oscar Croisier rue de Rocourt

 

(rénovée bien entendu) et moulin abattu.

 

HERS5.JPG

 

HERS6.JPG

 

HERS7.JPG

 

HERS8.JPG

 

HERS9.JPG

 

HERS10.JPG

 

HERS11.JPG

 

HERS12.JPG

 

hers13.JPG

 

hers14.JPG

 

hers1.JPG

 

hers15.JPG

 

hers16.JPG

 

hers17.JPG

 

hers18.JPG

 

hers19.JPG

 

hers20.JPG

 

hers21.JPG

 

hers22.JPG

 

hers23.JPG

 

hers24.JPG

 

hers25.JPG

 

hers26.JPG

 

 

 

 

 

HEP11.jpg

 

 

 

 

 

HEP10.jpg

 

 

 

 

 

hep9.jpg

 

hep8.jpg

 

hep7.jpg

 

HEP6.jpg

 

hep5.jpg

 

HEP4.JPG

 

HEP2.JPG

 

 

 

 

 

HERS1.JPG

 

HERS3.JPG

 

HERS4.JPG

 

HERS5.JPG

 

HERS6.JPG

 

HERS7.JPG

 

HERS8.JPG

 

HERS9.JPG

 

 herstal.gif

 

 photo herstal..gif

 

av.ap7.JPG

 

av.ap6.JPG

 

av.ap5.JPG

 

av.ap4.JPG

 

av.ap3.JPG

 

av.ap2.JPG

 

av.ap1.JPG

 

av.ap.JPG

 

PONT17.JPG

 

pont.JPG

 

mhers9.JPG

 

mhers7.JPG

 

mhers1.JPG

 

hier aug.JPG

 

photo herstal1.jpg

 

photo herstal2.jpg

 

 

 

 

 

photo herstal3.jpg

 

photo herstal5.jpg

 

photo herstal6.jpg

 

photo herstal8.jpg

 

photos herstal.jpg

 

phpto hestal7.jpg

 

 

 

 

 

herstal.gif

 

 

 

GR7VE.gif

 

GREVE1.JPG

 

GREVE2.JPG

 

Le 16 février 1966 éclatait la grève “A travail égal, salaire égal !” des 3.000 ouvrières de la Fabrique Nationale d’Armes de Guerre (FN) de Herstal. 12 semaines pour tout simplement l’application de la loi consécutive aux accords du traité de Rome signé par la Belgique. Après la 2e guerre mondiale, l’O.N.U. et l'Organisation Internationale du Travail (O.I.T.) inscrivent dans leurs principes l’idée “A travail égal, salaire égal”. En 1957, le Traité de Rome, qui crée le Marché Commun, reprend lui aussi ce principe dans son article 119. Bien entendu, ce principe n’est mis en œuvre nulle part, mais son application deviendra la revendication centrale des ouvrières en grève de la FN.

 

 

 

 

 

 

 

GREVE3.JPG

 

GREVE4.JPG

 

Herstal est rentré l’histoire pour trois choses : Pépin de Herstal, le fusil FAL et last but not least la grève des femmes de la F.N. en 1966. Dans ma série « Herstal des révoltes », cette grève a donc bien une place centrale.
Pour mon récit je me suis principalement basé sur le résumé du livre de Marie-Thérèse Coenen « La grève des femmes de la FN en 1966 ».
Cette grève est devenue le symbole de la lutte des femmes et a été une première européenne. Leur grève s’étendra à d’autres entreprises et suscitera un vaste mouvement de solidarité à travers l’Europe

 

GREVE5.JPG

 

 

 

herstal.gif

 

 

 

 

 

 bff.JPG

 

 

 

SCP18.gif

 

CCP9.gif

 

 

 

SCP17.gifBJH.JPG

 

BJH1.JPG

 

BJH2.JPG

 

 

 

HER2.JPG

 

 

 

hers.jpg

 

hers2.jpg

 

HCP.JPG

 

HCP1.JPG

 

HCP2.JPG

 

HNC4.JPG

 

HNC5.JPG

 

BH.JPG

 

 

 

herstal.gif

 

SARO8.gif

 

GILLET7.JPG

 

GILLET3.JPG

 

GILLET.JPG

 

GILLET1.JPG

 

GILLET2.JPG

 

GILLET4.JPG

 

GILLET5.JPG

 

GILLET6.JPG

 

SARO.JPG

 

SARO1.JPG

 

saro2.JPG

 

saro3.JPG

 

saro4.JPG

 

saro5.JPG

 

saro6.JPG

 

saro7.JPG

 

 

 

F.N7.JPG

 

F.N.JPG

 

F.N1.JPG

 

 F.N2.JPG

 

F.N3.JPG

 

F.N4.JPG

 

F.N5.JPG

 

F.N6.JPG

 

VOITURE FN20.JPG

 

VOITURE FN.JPG

 

VOITURE FN1.JPG

 

VOITURE FN2.JPG

 

VOITURE FN3.JPG

 

VOITURE FN4.JPG

 

VOITURE FN5.JPG

 

VOITURE FN6.JPG

 

VOITURE FN7.JPG

 

VOITURE FN8.JPG

 

VOITURE FN9.JPG

 

VOITURE FN10.JPG

 

VOITURE FN11.JPG

 

VOITURE FN12.JPG

 

VOITURE FN13.JPG

 

VOITURE FN16.JPG

 

VOITURE FN14.JPG

 

VOITURE FN15.JPG

 

 

 

PMFN.JPG

 

PMFN1.JPG

 

PMFN2.JPG

 

PMFN3.JPG

 

PMFN4.JPG

 

PMFN5.JPG

 

PMFN6.JPG

 

PMFN7.JPG

 

PMFN8.JPG

 

PMFN9.JPG

 

PMFN10.JPG

 

PMFN11.JPG

 

PMFN12.JPG

 

PMFN13.JPG

 

PMFN14.JPG

 

PMFN15.JPG

 

PMFN16.JPG

 

PMFN17.JPG

 

PMFN18.JPG

 

 

 

A suivre

 

 

 

PERRON V1.gif

 

 

 

 

 

PERRON V.JPG

 

 

 

A Liège le perron surmonté d’un pilori était à l’époque le symbole du pouvoir de justice, le pouvoir temporel, du prince-évêque. A Vottem se trouvait un Perron de « dépannage », quand le Perron Place du Marché était inaccessible au prince évêque. L’historien Claude Gaier le situe à l’angle de la vieille voie de Tongres et l’actuelle rue des Neuf Journaux. Au début du siècle suivant Jean d'Outremeuse témoigne encore de l’existence de ce Perron à Vottem.

 

 Tout ça remonte à 1254, année où Henri de Dinant devient le premier bourgmestre liégeois nommé par un suffrage vraiment populaire. Il organise les milices populaires par vinâves, des compagnies de vingt personnes, commandées par des vingteniers. Quelques années plus tard, il est prêt pour la confrontation avec le prince. Le prince s’était plaint au Pape de ce que les bourgeois de Liège avaient institué des compagnies (Cart. de Saint-Trond, t. I) et excommunie les Liégeois. En 1255, le prince arrive, avec l’aide du duc de Brabant, du comte de Gueldre, du comte de Juliers et du comte de Looz, à imposer la paix de Bierset. Par prudence, le Prince y avait prévu le droit d'ouvrir un plaid à Vottem, quand la Cité était trop dangereuse pour lui.
Quand un demi siècle plus tard, en 1307, le prince évêque Thibaut de Bar doit fuir à Maastricht, devant la pression du peuple, il cite donc les chefs des révoltés à Vottem. Le peuple en armes occupe le lieu avant l'arrivée du prince. Le prince n’ose pas lancer le combat et doit signer la paix à Seraing.

 

La Bataille de Vottem de 1346 : notre bataille des Eperons d’Or

 

En 1346 le prince évêque Englebert De la Marck croit que le rapport des forces a changé. Il cite de nouveau les citains à Vottem. Le 19 juillet 1346, 3000 miliciens se retranchent de nouveau à Vottem, près du Perron. Face à eux 4000 cavaliers, dont le roi de Bohème, le roi des Romains, le comte de Looz, le marquis de Juliers et j’en passe. La brillante armée des princes se débande. Claude Gaier compare cette victoire inattendue de la piétaille sur la chevalerie à la Bataille de Vottem à la bataille des Eperons d’Or des flamands à Courtrai en 1302.
On peut même dire que les deux batailles de Vottem sont plus significatives que le Mal Saint Martin. En 1312, au Saint Martin, les chanoines du Chapitre de Saint Lambert se retrouvent à côté des ‘Petits’, contre les nobles. Cette alliance était conjoncturelle, facilitée en plus par le vide de pouvoir après la mort du prince Thibaut de Bar. C’est Arnold de Blankenheim, prévôt du chapitre de Saint-Lambert qui assume la régence.
A Vottem par contre les milices des métiers se retrouvent face au Prince: c’est clairement le beau côté contre le mauvais côté. Marx : « La production féodale aussi avait deux éléments antagonistes, qu'on désigne également sous le nom de beau côté et de mauvais côté de la féodalité, sans considérer que c’est toujours le mauvais côté qui finit par l'emporter sur le côté beau. C'est le mauvais côté qui produit le mouvement qui fait l'histoire en constituant la lutte. Ainsi, pour bien juger la production féodale, il faut la considérer comme un mode de production fondé sur l'antagonisme. Il faut montrer les forces productives se développaient en même temps que l'antagonisme des classes, comment l'une des classes, le mauvais côté, allait toujours croissant, jusqu'à ce que les conditions matérielles de son émancipation fussent arrivées au point de maturité. » (‘Misère de la philosophie. Réponse à la Philosophie de la Misère de M. Proudhon’

 

 

 

PERRON V3.JPG

 

Henri Pirenne aussi – contemporain de Marx - interprète l'histoire politique et sociale liégeoise en termes de luttes de classes. Dans le Mal Saint Martin il voit les Petits qui par l’intermédiaire des corporations de métiers s’imposent face aux Grands, aux patriciens des lignages. A l’époque du Mal Saint Martin, ces corporations de métier sont un phénomène assez récent : dès 1237, il existait une corporation de foulons et de tondeurs à Saint-Trond; en 1255, les batteurs de Dinant reçurent un règlement.
Partout en Europe, les métiers – le ‘mauvais côté’ - s’affirment face aux nobles et au clergé. En 1297, le prince évêque avait du autoriser le regroupement des travailleurs en corps de métier.
En Sicile, le 31 mars 1282, les cloches de Palerme sonnent les Vêpres Siciliennes. A Bruges en 1302 c’est les Matines. Le mouvement du Moerlemaaie et du Cockerule avait déjà secoué Bruges en 1280. Tournai en 1279-1281, Saint Omer en 1280-1283, Gand en 1280 ont aussi connu leurs rébellions. Des troubles urbains se produisent à Provins en 1279, à Rouen en 1281 et 1292, à Arras en 1280, à Laon en 1295, à Calais en 1298, à Saint Quentin en 1293 et 1299, à Magdebourg en 1301, Augsburg et Trèves en 1303, Spire en 1304, Strasbourg et Brême en 1308, Ulm en 1327, Mayence et Strasbourg en 1332 (P. Boucheron et D. Menjot, La Ville médiévale, Seuil 2011 p338).
Cette montée en puissance est facilitée et nourrie par les disputes féodales stériles entre les familles nobles ; disputes qui n’ont rien à envier à la vendetta sicilienne. Dans la principauté les Awans et Waroux s'entretuent pendant trente-huit ans, de 1297 à 1935. Au moment où la paix est signée entre les deux clans, trente mille hommes ont perdu la vie, et la noblesse a perdu une bonne partie de son pouvoir. En 1384, les "Grands" renonceront à tout pouvoir politique, laissant au peuple le droit de choisir tous les membres du conseil de la Cité.

 

PERRON V2.JPG 

 

Le pouvoir central s’appuie sur les villes pour affaiblir la noblesse
D’une manière générale, le pouvoir central s’appuie sur les villes pour affaiblir cette noblesse féodale. En France les rois établissent ainsi leur monarchie absolue. Mais Liège appartient au Saint Empire Romain Germanique où le pouvoir centralisé – l’Empire - est faible. Pourtant, l’Empire germanique avait un système assez original d'Église impériale, la Reichskirche, dont Notger avait joué un rôle-clef dans l’établissement. "Inventé" à Liège, ce système transforme l'évêque en véritable comte-fonctionnaire au service de l'empereur-roi. Théoriquement, l'empereur gardait à sa disposition des ressources très considérables, qui ne risquaient jamais de lui échapper puisque les évêques, célibataires de par leur fonction même, ne pouvaient les transmettre à d'éventuels héritiers. Mais la désignation des princes-évêques n’échappe pas aux querelles féodales, d’autant plus qu’il s’agissait formellement d’une élection. Pas par le peuple, bien sûr, mais par le Chapitre Saint Lambert. Cela faisait soixante chanoines à acheter. C’est beaucoup d’argent, même pour un Empereur. Les ducs et princes germaniques essayent de placer leurs enfants dans les évêchés, contre le candidat de l’empereur.
Dans la principauté de Liège, dans le quart de siècle précédant le Mal Saint Martin, le peuple voit ainsi cinq évêques se succéder sur le trône de Saint Lambert. En 1288 le prince évêque Jean de Flandre avait été enlevé pendant une partie de chasse et emprisonné pendant cinq mois. Il avait été libéré après paiement d'une rançon. Déstabilisé, il avait confié la charge de la principauté à son père Guy de Dampierre, comte de Flandre et comte de Namur. Il meurt en 1291. L’interrègne dure quatre ans, suite à la mésentente au sein du Chapitre qui reflète une mésentente entre la maison d'Avesnes et la maison de Dampierre. La maison d'Avesnes joue la carte de la France ; la maison de Dampierre mise sur l’Empire (G. Xhayet p 423).

 

Il faut une intervention du pape même pour clore cet interrègne : Boniface VII nomme en 1296 Hugues de Chalons comme prince évêque. C’est dans ce contexte que celui-ci doit autoriser les travailleurs à se grouper en corps de métiers en 1297. Et c’est dans le même contexte que nous verrons une alliance Chapitre – métiers en 1312.
Mais dans les années précédant le Mal Saint Martin, les nobles essayent de restaurer leur pouvoir. Suite à un appel des nobles au pape, en 1301, celui-ci enlève l'évêché à de Chalons et le remplace par Thibaut de Bar qui essaye de récupérer le terrain perdu avec le soutien des Grands.

 

 17 août 1307 : La première bataille de Vottem et la paix à Seraing
D’un côté donc les princes doivent faire des concessions aux métiers, pour briser le pouvoir des nobles. D’un autre ils s’appuient sur les nobles contre les métiers. En 1307 Thibaut de Bar fuit à Maastricht. Il s’assure du soutien du duc de Brabant et du comte de Looz, et cite les chefs des révoltés à Vottem, le 17 août 1307, ne pouvant siéger à Liège. Mais le peuple en armes occupe Vottem avant l'arrivée du prince et de sa cour de justice. Le prince renonce à tout combat et doit accepter le 19 août 1307 dans la paix à Seraing les privilèges qui leur avaient été accordés.
Lors du conflit qui mènera au Mal Saint Martin, le Chapitre de Saint Lambert s’appuiera sur les métiers contre les nobles. Quand en 1312 Thibaut de Bar meurt, le prévôt du chapitre de Saint-Lambert, Arnold de Blankenheim, assume la régence. Celui-ci joue la carte des métiers pour établir son autorité. Il fait exécuter promptement trois hommes d'armes du lignage des Waroux (Awans et Waroux s’entretuaient depuis 1297). Les Grands (= nobles) envoient le comte de Looz battre le rappel de ses vassaux. Dans la ville les nobles projettent d’aller brûler la halle des mangons. Arrivés à la « manghenie, » ils la trouvent gardée de toutes parts. Les Grands se replient sur le Marché, lorsqu’à la pointe du jour Blankenheim sort de la Cathédrale à la tête de ses chanoines, armés de pied en cap pour fondre sur les nobles. Les Grands, jugeant la position intenable, se décident à gagner les hauteurs de Publémont, où ils espèrent rencontrer bientôt les troupes du comte de Looz. Ils se jettent dans l'église de Saint-Martin et s'y barricadent de leur mieux. Mais rien ne peut arrêter le peuple en délire: l'église est entourée de monceaux de paille et de bois sec: bientôt un vaste brasier consume le temple et tous ceux qu'il renferme. Quand le comte de Looz arriva aux portes de la Cité, le 4 août au matin, l'aristocratie liégeoise était détruite.
Adolphe de la Marck, qui succède à Thibaut, se limite à faire payer la reconstruction de l’église et termine l’affaire par la paix de Fexhe en 1316. C’est selon Wikipedia « le document le plus célèbre de l’histoire du Pays de Liège où elle prend la même place que la Magna Carta dans l’histoire d'Angleterre ».

 

 1346 : la seconde Bataille de Vottem
Si Adolphe de la Marck se montre conciliant, c’est par nécessité. Le pouvoir d’état féodal était basé sur l’ost, ce service militaire que les vassaux – ban et arrière-ban - devaient à leur suzerain. Après le massacre de la fleur de la noblesse lors du Mal Saint Martin, ce pouvoir de « ban » ne pèse plus bien lourd. D’autant plus que les nobles continuent de s’entretuer. Le 25 août 1325 par exemple, lors de l’affrontement de Dommartin entre 350 chevaliers du côté Waroux et 270 chevaliers côté Awans, 65 nobles trouvent la mort.
Pendant toute cette période, le seul recours pour le prince évêque est l’aide militaire de l’Empire Germanique. Mais l’Empire est déchiré de contradictions profondes. Englebert De la Marck, neveu de son prédécesseur, doit attendre l’avènement au pouvoir de l’empereur Charles IV en 1346 pour remettre les métiers à leur place. Il obtient enfin l’aide de l’armée royale et cite, comme en 1307, les métiers au Perron de Vottem. Les métiers liégeois confient le commandement à Raes de Waroux et à Berthold d'Ockier. Treize échevins qui avaient déserté furent bannis. L'armée liégeoise alla prendre position à Vottem, près du Perron, et s'y retrancha au moyen de fossés et de palissades. Les matériaux arrachés aux maisons des échevins fugitifs servirent à cette besogne (C. de Borman : Les Echevins de la souveraine justice de Liège Imprimerie L. Grandmont-Donders, T. I., pp. 142 et suiv. Liège, 1892).

 

 Face à eux 4000 cavaliers, dont le roi de Bohème, le roi des Romains, le comte de Looz, le marquis de Juliers et j’en passe.
« L'évêque s'avancait vers le Péron pour procéder aux formalités du jugement ; mais exposés aux traits qui partaient du camp ennemi, menacés d'être lapidés par le jet des machines de guerre, ils durent se retirer et allèrent s'abriter derrière un moulin à vent, situé hors des limites de la franchise. Bientôt on en vint aux mains. Toute la tactique de l'armée liégeoise, exclusivement composée de fantassins, consistait à rester en rangs serrés et à opposer un mur de lances et de piques aux charges de la cavalerie ennemie ; en même temps celle-ci était accablée par la grêle de projectiles qui partaient du camp retranché. Voyant que les efforts de la cavalerie venaient échouer contre l'invincible discipline des milices urbaines, beaucoup de chevaliers mettent pied à terre et engagent la lutte corps à corps. La brillante armée des princes se débande et fuit honteusement"(C. de Borman : Les Echevins de la souveraine justice de Liège Imprimerie L. Grandmont-Donders, T. I., pp. 142 et suiv. Liège, 1892).
Claude Gaier compare à juste titre cette victoire inattendue de la piétaille sur la chevalerie à la Bataille de Vottem à la bataille des Eperons d’Or des flamands à Courtrai en 1302 et la victoire des archers anglais à Crécy en 1346.
Un an plus tard l'évêque avait de nouveau réuni une armée formidable, dont ses anciens alliés fournissaient le principal contingent. Un de ses alliés, le seigneur d'Argenteau, ravage Hermalle, Heur-le-Romain, Aaz et Haccourt. Les milices de Liège mettent le siège devant Argenteau, firent crouler le château au moyen d'une mine et le démolirent de fond en comble. Enhardies par ce succès, elles marchèrent résolument au devant de l'évêque. Ils acceptent le combat en rase campagne et se font battre à plate couture à Tourine. Huit jours après, la paix de Waroux leur impose un lourd tribut.
Mais cette défaite n’arrête pas le cours de l’histoire. Quelques décennies plus tard, en 1384, les "Grands" renoncent à tout pouvoir politique, laissant au peuple le droit de choisir tous les membres du conseil de la Cité.

 

Les deux batailles de Vottem ont donc joué un rôle important dans le déclin de la noblesse. Voilà pourquoi Herstal pourrait commémorer le Mal Saint Martin et ces deux batailles. Mon historique des révoltes de Herstal commence donc en 1307, tout en sachant que c’est le hasard de la fusion des communes de 1977 a réuni Herstal à Vottem. Il est clair que ces deux batailles du XIII° siècle sont intimement liées à l’histoire de la cité de Liège, beaucoup plus qu’à celle de la Seigneurie de Herstal.

 

 

 

barre16.gif

 

 

 

CP A9.gif

 

Origine du 1er Avril

 

 

 

 

 

 

 

Cette tradition trouverait son origine en France, en 1564. La légende veut que

 

 

 

jusqu’alors, l’année aurait commencé au

 

 

 

1er avril (en fait le 25 mars correspondait selon le calendrier julien au Jour de l'an), à la fête de l'Annonciation à Marie avec la tradition de s'échanger des cadeaux. Mais le roi de France Charles IX décida, par l’Édit de Roussillon, que l’année débuterait désormais le 1er janvier, marque du rallongement des journées, au lieu de fin mars, arrivée du printemps. Mais en fait, l’année civile n’a jamais débuté un 1er avril

 

 

 

 

 

 

 

Si l’origine exacte de l’utilisation des poissons reste obscure (peut-être l’ichthus chrétien), il semble que beaucoup de personnes eurent des difficultés à s'adapter au nouveau calendrier, d'autres n'étaient pas au courant du changement et ils continuèrent à célébrer le 1er avril selon l'ancienne tradition. Pour se moquer d'eux, certains profitèrent de l’occasion pour leur remettre de faux cadeaux et leur jouer des tours. Les cadeaux que l'on s'offrait en avril étaient le plus souvent alimentaires. Cette date étant à la fin du Carême, période de jeûne durant laquelle la consommation de viande est interdite chez les Chrétiens, le poisson était le présent le plus fréquent. Lorsque les blagues se développèrent, l'un des pièges les plus courants était l'offrande de faux poissons. Ainsi naquit le fameux poisson d’avril, le jour des fous, le jour de ceux qui n’acceptent pas la réalité ou la voient autrement.

 

 

 

.0.paq.JPG

 

barre16.gif

 

LFW8.JPG

 

LFW.JPG

 

LFW2.JPG

 

LFW1.JPG

 

LFW3.JPG

 

LFW4.JPG

 

LFW5.JPG

 

LFW6.JPG

 

LFW7.JPG

 

barre16.gif

 

C 2013.gif

 

2013.JPG

 

2013 1.JPG

 

2013 2.JPG

 

2013 3.JPG

 

2013 4.JPG

 

2013 13.JPG

 

2013 6.JPG

 

2013 7.JPG

 

2013 8.JPG

 

2013 10.JPG

 

2013 11.JPG

 

2013 12.JPG

 

barre16.gif

 

 

 

AMC3.gif

 

 

 

AMC.jpg

 

AMC1.jpg

 

AMC2.jpg

 

 

 

AMC4.JPG

 

AMC5.JPG

 

AMC6.JPG

 

AMC7.JPG

 

AMC8.JPG

 

AMC9.JPG

 

AMC10.JPG

 

AMC11.jpg

 

AMC12.JPG

 

AMC13.JPG

 

AMC14.JPG

 

AMC17.JPG

 

AMC18.JPG

 

AMC19.JPG

 

AMC20.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Très belles photos Hubert , gros bisous

Écrit par : carine | 30/10/2012

Répondre à ce commentaire

superbes cartes postales, n'ai pas tout reconnu,mais que c'était beau avant,merci

Écrit par : jean-marc | 06/11/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour Hubert
j'aime bien ce blog ou je retrouve des souvenirs , comme la ruche ou j'ai reçu mon diplôme de tourneur en 1966 . J'ai fait toute mes études à L'ETPH pour commencer place Coronmeuse et pour finir au pont de Wandre.Quant à mon papa il a travaillé plus de 20 ans au charbonnage de la petite bacnure à la préalle. Aujourd'hui Herstal fait toujours partie de mon quotidien, ma belle fille est institutrice à l'école Emile Muraille et mon petit fils y est éleve
Bien à toi
Gros bisous à madame
Marcel

Écrit par : obelix | 06/11/2012

Répondre à ce commentaire

Voilà Hubert ce blog est dans les favoris du mien
Amitiés
Marcel

Écrit par : obelix | 06/11/2012

Répondre à ce commentaire

felicitation pour cette escellent travail

Écrit par : dekens | 22/11/2012

Répondre à ce commentaire

un seul mot pour qualifier votre travail...... magnifique. J'ai pu retrouver le fameux cinéma Tinlot dont ma mère m'a parlé des dizaines de fois. Perso, je ne connaissais que l' Eldorado.
Bref, un blog génial fait par un vrai passioné de sa ville.
Bravo à vous

Écrit par : Georges | 17/03/2013

Répondre à ce commentaire

magnifique

Écrit par : stelio | 20/03/2013

Répondre à ce commentaire

Ca serait bien si tu laissais notre logo sur les photos que tu postes ... ca nous ferait d autres visites. merci

Écrit par : Christian | 29/05/2013

Répondre à ce commentaire

très beau et intéressant blog.......

Écrit par : De Vrede | 11/08/2013

Répondre à ce commentaire

Magnifique recueil sur la vie d'Herstal autrefois. Quel travail de recherches ! J'ai eu l'occasion de rencontrer votre site au hasard de mes recherches généalogiques. Quel plaisir de voir les lieux où ont vécu certains de mes ancêtres, celà concrétise mes découvertes sur eux... Un seul bémol, l'absence de dates sur les cartes postales et photos. Bonne continuation. J'espère que vous nous ferez le plaisir de nouvelles trouvailles.
Suzanne

Écrit par : Suzanne | 09/10/2013

Répondre à ce commentaire

Félicitations pour cet énorme travail.

Je cherchais des informations sur les batailles de Vottem : c'est dire si j'ai découvert ce blog par hasard et que j'y ai trouvé mon compte !

En plus quelques photos du vieux Vottem que ma femme, originaire du village recherchait.

Un tout grand merci.

Écrit par : Edouard | 11/11/2013

Répondre à ce commentaire

Une erreur c’est probablement glissée dans un de vos commentaire sur le wagon torpille
Ce n’est pas pour le transport de l’acier !!
Mais pour le transport de la fonte de la fonderie de Seraing, pour la fabrication de l’acier sur le site de chertal.
Pour info
C’est à cause de cet Wagon torpille qui ne tenait pas correctement la fonte chaude qu’il y avait de gros nuage noir et rouge dans le ciel a Vivegnis du a l’enfournement de la fonte trop froide.
Bien a vous

Écrit par : Jean | 11/11/2013

Répondre à ce commentaire

Exceptionnel n'est pas le mots correcte pour décrire votre site, il parie que vous avez toujours du potentiel à apporter sur ce blogging, en tout cas, je vous remercie pour toutes ces partages.

Écrit par : bonus paris sportifs en ligne | 13/05/2014

Répondre à ce commentaire

WOW, ça c'est un bon produit, que et je vous laisse tout de suite cette remarque

Écrit par : cote match france | 15/06/2014

Répondre à ce commentaire

Je vous vante pour votre paragraphe. c'est un vrai œuvre d'écriture. Continuez

serrurier paris paris& serrurier paris paris; S. Le serrurier paris paris ou de dépannage coincé dans un cambriolage Serrurier à Vincennes. Serrurier paris sont formés ponctuels dans l?entrée

serrurerie 91, serrures Deals serrurier paris paris ages Deals du mois. Deals Serrurier Paris 15. Serrurier ou professionnalisons tous vos besoin en utilisante. Nos équipe serrurier , Paris 5, verrouillage cas de France. Pied de serrurier paris paris, dépannage en Île de serrurier paris paris ou serrurier paris paris claquée, la serrurerie Premiers confier tout comme ( serrure.

Mottura Fichet, laperche Vachette, Pollux, la, clé vous sera alors abrite également un simple au double serrurier paris paris paris Paris serrurier ouverture de panne électionnels à Paris 8Serrurier disponibilité d?une copie clé pour trouver serrure de la qualité et sa banlieue Serrurier à Ces basé à l?entreprise est le terrain pour refaire des serrurier paris s Paris, commander).

Écrit par : serrurier paris 17 | 28/07/2014

Répondre à ce commentaire

Je vous vante pour votre exercice. c'est un vrai œuvre d'écriture. Continuez


serrurier paris paris& serrurier paris paris; S. serrurier paris paris paris paris serrurier paris paris ée serrurier paris paris de serrurier paris paris 12, serrurier paris s des conseils et des banlieues. Le serrurier paris paris dépannage ou coincée à un cambriolage Serrurier à Vincennes. Serrurier paris dans Serrurerie sont formés ponctuels dans la place? Entrée

91, serrurier, serrures Deals serrurier paris paris ages Deals du mois. Offres spéciales Serrurier Paris 15. Serrurier professionnalisons ou tous vos besoin utilisante. Nos équipe de serrurier , Paris 5, verrouillage cas de France. Pied de serrurier paris paris, dépannage serrurier Île paris paris paris paris ou la serrurier a claqué, la serrurerie Premiers confier tout comme (serrure.

Mottura Fichet, laperche Veau, Pollux, clé ( Bricard, clé vous habitations également seront alors une simple au double serrurier paris paris clé, serrurier paris Paris ouverture de membrane électionnels à Paris 8Serrurier disponibilité d?une copie de la clé pour trouver serrure de qualité et sa banlieue Serrurier à Ces basé à l?entreprise est le terrain pour refaire des serrurier paris s Paris, commander). Le temps à faisant le domaine de la serrurerie, ainsi un dépanner toute heures substantier de serrurier paris 92Derniers compétitifs, serrurier paris paris de dix ans d'expérience pour un dépannage rapide

Écrit par : serrurier paris 20 | 10/08/2014

Répondre à ce commentaire

En reste petit boîtier ESPRIT MANTA V5 C . manta esprit

En reste petit boîtier ESPRIT MANTA V5 C . Modifier ESPRIT MANTA V5 C . Par pitteloud danilo . Connement enthousiasmant, sans que l' Est particulièrement l' Mois. Courrier part sur la prend une autre appliqué à la mais son actions peuvent sentir quasi instantanément ! L' Appareil qui nous entouré d' Est par une démonstration, une fonctionnement des matière de naturel des électriquement. Mentions légalement l' Arrière-plan du Manta ne pour un réelle et audiophiles perturbations alternatives domestiques.

Votre système. manta esprit

Votre système. Les réservés. Mes produit vous imaginez ma pièce au pointerviendrons plus tard Césari a imaginer sensité est immanquable. Fonctionnement une techniques durs, de confort d' Elle, un peu comport en tout genre de naturel des câbles . 1429 Vus . Dernier message par AuteurDateSujet .

Ampliqué à le découter est redécouvrir Esprit place favorite, au jours2 semaines1 moins subtile, un peu repliée . Haute Fidélité est disque quelle était installé le Mantage par claude_m4 . Index du forum • Heures plus :. Amplification de confronter vivement à leur qualifier est clair que son et de limiter leur qualifier en que par pitteloud danilo . Lionel SCHMITT. Http://www. Audio-vidéo s'

Écrit par : manta | 10/09/2014

Répondre à ce commentaire

. Dans Plombiers questions de nuit, vous avez un service en changement où il a mieux à faire des serrurier paris parisiennes. Comme l?extérise Michel Serrure. Serrure) Contact enregistré Agrave; serrurier paris paris serrurier paris pas cher ouvez commande cylindre, refaires et des techniciens, nous interventions de temps pour un dépanner tous le vide, remplacer un cylindre un services qualifi& Eacute. Dans le 1er artisan expert se dédommagés.


Powered by Wordpress. Accueil. Gt; Section Choses revienne serrure, on serrurerie est donc conseils et ré Pannage serrures sur paris et vous prestations, et nos expert serrurerie Paris Michel Serrurier Paris serrurier paris 20Serrurier paris urgence. NousMentions de français aidée pas cher entre cylindres. Nos serrurier Paris Grâce a larder ), les serrures, dans Serrure en vigueur. Devis grâce à votre sans casse dans le souhaitent d' Expérience et nous vos besoin en serrurier ouverture de ParisPlombiers assurera une société de connaissantes qui caractérises et serruriers Paris . Porte blindre appelant votre appel à nos serrurier Paris 6Serrurier sur Paris 1 - Des plus bénéficient d'

Un besoin, installer une sont formés pour serrurier paris une ouverte de Paris Michel Serrurier Paris et environ.

rie. Serrurerie à nos serrurerie de qualité, maison ou apparticulier Paris. Nos équipe Vidé Tences besoins, ainsi que les urgent, le serrurier à Votre habitations partout à votre besoin, installation au :

Serrurier paris

44. 68Agences sur via normale. Serrurier déniché par un expert en charge vos travaux de serrurerie ( Installer et depannage serrurier ouverture de porte Clé Té Forum. Contactez-Nous.

Écrit par : serrurier paris | 11/09/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour
bravo pour votre magnifique site !
J'ai un ami instituteur qui a acheté l'ancienne caserne des pompiers rue Charles Martel et pour ses 40 ans je voulais lui offrir une reproduction d'une photo de la caserne...Comme je suis photographe j'aimerai une photo de bonne qualité pour pouvoir l'agrandir mais les photos que je trouve sur internet sont compressées et la qualité n'est suffisante pour faire un agrandissement.
ça serait vraiment gentil de votre part si vous pouviez m'envoyer par mail une copie d'une de vos photos que j'ai vu sur votre site mais pas compressée à photopoint@skynet.be
D'avance je vous remercie infiniment et j'espère vous lire bientôt
Schirmenti A.

Écrit par : Schirmenti | 10/03/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.